Couverture du journal du 28/02/2024 Le magazine de la semaine

Marque Pyrénées : un étendard pour le massif pyrénéen

En parallèle du salon Pyrénéo, qui se tenait à Lourdes entre le 12 et le 14 octobre dernier, l’Agence des Pyrénées et Agora Pyrénées ont présenté la toute nouvelle marque Pyrénées. Si elle s’adresse à tous les secteurs d’activités, ses contours restent encore à définir.

marque pyrénées

© Shutterstock

Les Pyrénées marquent leur empreinte. Porté par l’Agence des Pyrénées et l’association Agora Pyrénées, la marque Pyrénées a été présentée lors de l’événement Pyrénéo, qui s’est tenu à Lourdes entre le 12 et le 14 octobre dernier. La marque Pyrénées est déjà dotée d’un site, d’une charte d’utilisation et d’une identité graphique. Elle ne se limite pas à un secteur d’activité mais se veut transverse. Vincent Fonvieille, à la tête de l’association Agora Pyrénées, milite pour sa création depuis longtemps : « Nous travaillons depuis une dizaine d’années à réunir les conditions d’une marque territoriale et des territoires qui soit l’affaire de tous. En 2018, vu que nous n’avancions pas sur le sujet, nous avons créé une association de préfiguration qui s’appelait Une marque pour les Pyrénées. Elle a commencé à rassembler, à faire réfléchir collectivement pour dégager les valeurs communes et l’ambition collective de la marque. » Le mouvement s’accélère en 2021 avec la création de l’Agence des Pyrénées dont la gouvernance est divisée entre la région Occitanie et la région Nouvelle-Aquitaine. Agora Pyrénées et l’Agence des Pyrénées sont engagées ensemble sur le projet depuis 1 an et demi, en parallèle de l’organisation du salon Pyrénéo, qui réunit depuis 3 ans les acteurs du massif pyrénéen.

Une marque transverse

La marque Pyrénées ne s’adresse pas à un seul pendant de l’économie, « cette marque est avant tout un espace qui va nous permettre de mieux travailler ensemble […]. Les sujets ne manquent pas : l’emploi, la vie des vallées, les cultures et les modes de vie, la transition environnementale, les services à la population », énumère John Palacin, le président de l’Agence des Pyrénées dans le guide de la marque. Pour Vincent Fonvieille, « c’est une marque du territoire qui appartient à tout le monde et qu’on peut s’approprier. Le symbole d’un projet collectif dans les Pyrénées qui doit soutenir le développement économique des vallées, pour que les gens puissent vivre et travailler à la montagne. Soutenir l’économie sans abîmer le patrimoine naturel. Créer du lien sur le territoire. Rayonner pour créer de l’attractivité, retenir ceux qui sont déjà dans les Pyrénées et attirer du monde ».

Nous travaillons depuis une dizaine d’années à réunir les conditions d’une marque territoriale et des territoires qui soit l’affaire de tous

Des contours à définir

« L’important, ce n’est pas la marque mais ce que nous allons en faire », continue Vincent Fonvieille. Si la première pierre est posée, les parties prenantes ont encore du pain sur la planche. « Nous devons définir le plan d’action à mener. Nous devons travailler à nous rassembler autour de ce signe Pyrénées pour entraîner une dynamique de marque Pyrénées. Il y aura vraisemblablement des réunions par vallées pour aller toucher les gens dans leur massif, aller au contact et faire en sorte que la marque réponde à leurs attentes. Nous réfléchissons aussi à des actions collectives », explique dans le détail le président de l’association Agora Pyrénées.

Logo marque Pyrénées © Bande à part

© Bande à part

Les VIP pyrénéens

Les entreprises qui souhaitent utiliser l’image de marque Pyrénées devront signer une charte. La marque Pyrénées s’est aussi entourée de personnalités VIP pour « Valeureux Influenceurs Pyrénéens », ses personnalités et entrepreneurs de la région s’engagent à porter les valeurs de la marque.

L’important ce n’est pas la marque mais ce que nous allons en faire

« Nous avons besoin d’une image forte. Avant les Pyrénées étaient vues comme une destination touristique plutôt hivernale. Nous devons montrer que c’est un territoire où nous pouvons vivre et inventer une manière de vivre en phase avec les enjeux qui nous attendent », souligne Vincent Fonvieille.

Les difficultés rencontrées

Pendant un atelier proposé par le salon Pyrénéo sur la thématique « Made in Pyrénées : comment créer de la valeur à partir de l’identité pyrénéenne ? », les intervenants, des entrepreneurs pyrénéens, ont évoqué l’intérêt qu’ils trouvent à faire valoir leur appartenance pyrénéenne. Pour Franck Pomarez, le PDG de La Truite des Pyrénées, basé à Lau-Balagnas (65), « dans le secteur de la truite, le Label Rouge n’existe plus, le label Biologique ne suffit pas. Monter une AOP est très compliqué pour des petites marques comme nous. Finalement, c’est Pyrénées qui rime le mieux dans notre communication avec nos valeurs ». Même son de cloche pour Muriel Morot, fondatrice de Traille, une entreprise de fabrication de textile à partir de laine des Pyrénées : « Les standards ont été établis par les lobbys de la laine australiens, qui fabriquent des laines peu chères et très douces, quand les nôtres sont plus rustiques. Les standards des labels actuels sont trop compliqués à aller chercher et ne sont pas adaptés à nos petites exploitations de 300 bêtes quand les plus petites exploitations australiennes sont de 10 000 bêtes. » Ces entreprises se retrouvent finalement mieux dans l’image Pyrénées qui correspond à leurs valeurs.