Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Nérac – Des machines au service de la terre 

Rachetée en 2013 par Denis Vicentini, l’entreprise néracaise Comin a développé une gamme de machines agricoles innovantes (Roll’N’Sem) capables de désherber sans travailler le sol et d’améliorer sa fertilité. Offrant déjà une première solution agronomique et efficace face au problème d’appauvrissement des sols, Comin teste de nouveaux outils pour la partie semoir.

© Julien Mivielle - La vie économique

Dans les nombreux champs de vigne du sud-ouest, les rangées de raisin sont aujourd’hui couvertes d’herbes. Si pour l’œil des profanes cela ne change rien, il s’agit pourtant là d’une vraie révolution permettant d’avoir un impact concret et direct sur la conservation des sols. C’est dans cette philosophie que s’inscrit l’entreprise néracaise Comin depuis son rachat en 2013 par Denis Vicentini. Petit agriculteur sur l’Albret dans le sillon de ses aïeux, Denis Vicentini est aussi ingénieur indépendant en bureau d’études. Avec ces 2 casquettes, il est vite sensible à l’évolution du monde agricole et s’intéresse de près au concept d’agriculture de conservation des sols face au modèle de l’agriculture intensive. « Depuis des décennies, on retourne la terre pour désherber puis on met de l’engrais chimique pour faire pousser les plantes. Il faut alors labourer de plus en plus profondément car on détruit les matières organiques et l’humus présents dans le sol ! » constate celui qui décide alors d’utiliser ses compétences d’ingénieur afin de trouver une alternative pour arrêter le labour et désherber la terre sans produits chimiques. Dans sa ligne de mire, les terres nues seraient une sorte d’hérésie pour l’agriculture de demain. Sa solution passe par le paillage qui offre l’avantage de protéger les sols de l’érosion tout en limitant les levées d’advendices (les mauvaises herbes) dans les cultures. Si l’affaire semble facilement réalisable dans un potager, comment la développer pour les grandes cultures ?

© Julien Mivielle - La vie économique

© Julien Mivielle – La vie économique

Premières machines en 2019

Poursuivant ses recherches, Denis Vicentini apprend au détour d’une conversation avec Michel Comin, le propriétaire éponyme du magasin dans lequel il achète des pièces détachées et qui comprend aussi un atelier de réparation de matériel agricole, que ce dernier cherche un repreneur pour faire valoir ses droits à la retraite. Denis Vicentini se positionne alors pour prendre le relais d’une activité de mécanique agricole née en 1983 dans un petit garage du centre de Nérac. À la tête de Comin, il développe alors l’outil industriel déjà en place pour poursuivre ses projets basés sur la conservation des sols et lance la filiale Roll’N’Sem qui ne commercialisera ses premières machines qu’en 2019, après plusieurs années d’études et de tests ! « Nous avons d’abord recruté un salarié en bureau d’étude pour réaliser les dessins industriels. Il fallait en effet dessiner chaque pièce, mécanisme…des prototypes étaient ensuite testés chez des agriculteurs de l’Albert » souligne Nicolas Bruge, chargé de l’administration des ventes/commerce. Le modèle industriel finalisé, les premières machines séduisent vite les viticulteurs. Sensibles à l’innovation et à la lutte contre les champs nus, ils disposent de petites surfaces idéales pour les rouleaux et disques de Roll’N’Sem qui détruisent les couverts végétaux denses ou glissent sur le sol pour arracher les jeunes plantules et faire dessécher les mauvaises herbes : « Contrairement à la tonte qui stimule la repousse des plantes, nos outils stoppent le passage de la sève. Ils créent aussi un paillis protecteur qui garde la fraîcheur du sol, préserve les micro-organismes, améliore la portance et évite l’érosion » ajoute Nicolas Bruge.

« Contrairement à la tonte qui stimule la repousse des plantes, nos outils stoppent le passage de la sève »

Du nouveau en 2024

Passant d’une production de 20 machines en 2018 à plus de 300 en 2023, Comin a fait évoluer son atelier de fabrication à Nérac. Avec l’aide du Conseil Régional, l’entreprise a investi plus d’un million d’euros en 2023 pour s’équiper de machines numériques (découpe laser et pliage), d’un pôle de peinture et doubler sa surface et être 100% autonome dans toute sa ligne de production. Avec un catalogue d’une cinquantaine de machines adaptables, opérant sur des surfaces allant de 50 cm à 9 mètres, fabriquées avec des Rolls (rouleaux de gestion des couverts) ou des Orbis (désherbeuse à disques), Comin travaille dans la région pour le maïs, dans le Nord de la France avec la betterave ou à la Réunion pour la canne à sucre mais aussi à l’étranger comme en Belgique, Portugal, Allemagne (sapin) et Canada (pour les grandes cultures). Comptant aujourd’hui 17 salariés, contre 4 en 2013, les équipes de Comin planchent depuis plusieurs années sur le semoir : « Dans notre nom (Roll’N’Sem), on a mis 10 ans pour fabriquer le roll (rouleau)…place maintenant au sem pour semoir » conclut Denis Vicentini qui termine les phases de test de ses prototypes uniques en France pour une commercialisation prévue en 2024.

« l’entreprise a investi plus d’un million d’euros en 2023 pour s’équiper de machines numériques »