Couverture du journal du 07/12/2022 Consulter le journal

Pays basque – Extension raisonnée pour l’Irouléguy

Depuis la création de la cave d’Irouleguy en 1952, la superficie de son vignoble s’étend tout comme son nombre de viticulteurs coopérateurs. Mais le choix d’une agriculture raisonnée combinée à l’âpreté de l’agriculture de montagne oriente la cave d’Irouléguy vers un vin de plus en plus qualitatif et des projets d’œnotourisme.

Cave Irouléguy blancs

© D. R.

« L’un des plus petits de France, pas l e plus petit », précise Manon Mendy, directrice de la cave d’Irouleguy, à propos de ce vignoble séculaire. Les moines de l’abbaye de Roncevaux, située à une dizaine de kilomètres, en plantent les premières vignes autour du prieuré d’Irouléguy au XIe siècle. Sous l’impulsion du vicomte d’Urdos, châtelain de Saint-Étienne-de-Baïgorry, le vignoble connaît un fort développement à partir du XVIIe siècle. Nichées sur le piémont pyrénéen, les vignes bénéficient d’un climat océanique et d’une exposition sud offrant un ensoleillement maximum propices à la production vinicole.

La beauté des montagnes basques ravit les pèlerins du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui apprécient les vins d’Irouléguy. Mais avec les ravages du phylloxéra, l’hécatombe de la Première Guerre mondiale, la crise économique des années 30, la Seconde Guerre mondiale, l’exode rural, le vignoble est réduit à 30 hectares après-guerre. Pour relancer la production, neuf viticulteurs s’associent sous l’impulsion d’Alexandre Bergouignan, Désiré Etcheverry-Ainchart et Pierre Minjonnet pour créer la coopérative de la cave d’Irouléguy en 1952.

240 HECTARES DONT 140 POUR LA CAVE D’IROULÉGUY

Bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 1970, le vignoble d’Irouléguy s’étend aujourd’hui sur 240 ha dont 140 pour la coopérative de la cave d’Irouléguy. Celle-ci rassemble 36 viticulteurs coopérateurs à l’AOC et une trentaine hors AOC.

« Le but premier de la coopérative est la mise en commun de moyens financiers et humains pour avoir un outil de production de qualité. Les coopérateurs vendent l’intégralité de leur production, nous sélectionnons les raisins à l’aveugle, peu importe qui l’a produit, c’est notre règle pour conserver la qualité », explique Manon Mendy. La coopérative produit une gamme de 12 vins en rouge, blanc et rosé ainsi qu’un apéritif à base d’armagnac, de crème de cerise et de vin rosé.

« La cave d’Irouléguy produit 70 % de rouge, 20 % de blanc et 10% de rosé. Les rouges sont généralement assez puissants et assez taniques. Les blancs secs possèdent souvent beaucoup de minéralité et d’acidité, ce qui est appréciable dans les vins blancs. Notre production est de 550 000 bouteilles par an », détaille-t-elle.

Nichées sur le piémont pyrénéen, les vignes bénéficient d’un climat océanique et d’une exposition sud offrant un ensoleillement maximum

UNE CULTURE EN TERRASSE ENTRE 200 ET 450 MÈTRES D’ALTITUDE

Majoritairement cultivé en terrasse entre 200 et 450 mètres d’altitude, le vignoble est réparti sur quinze communes de Basse-Navarre, l’une des trois provinces françaises du Pays basque. « Les premières parcelles de vigne ont été installées en terrasse principalement pour utiliser des terrains impraticables pour d’autres cultures. Nous avons aussi de fortes pentes avec certaines parcelles à presque 60 % de pente, le travail n’y est pas facile et très peu mécanisable. Le parcellaire est assez éclaté et il s’étend sur une vingtaine de kilomètres. Notre particularité est que, sur une même parcelle, nous pouvons avoir différents types de sols comprenant des calcaires, des grès, des ophites. C’est ce qui fait toute la complexité de nos vins », explique Manon Mendy dont l’expertise conférée par sa formation d’ingénieur agronome est particulièrement utile à la cave d’Irouléguy.

Nous sommes présents dans les métropoles grâce à des restaurateurs ou des cavistes qui exportent la culture basque

UNE CUVÉE SPÉCIALE POUR LES 70 ANS DE LA CAVE

Baptisée « Elgarekkin » comme « Tous ensemble » en français, cette cuvée se décline en 4 000 bouteilles de vin rouge et 1 952 bouteilles de blanc, chacune vendue 22 euros. L’Elgarekkin rouge est à dominante cabernet franc, le cépage le plus employé lors des débuts de la cave. L’Elgarekkin blanc a la particularité d’être à dominante petit courbu, un cépage assez rare n’occupant qu’un hectare et demi du vignoble de la cave. « L’idée était de faire le lien entre le passé et le futur de la cave avec une bouteille bourguignonne dans laquelle les premiers vins d’Irouléguy étaient embouteillés alors que toute notre gamme est aujourd’hui en bouteille bordelaise », explique Manon Mendy, directrice de la cave d’Irouléguy.

Cuvée Elgarrekin

© D. R.

DES VINS ESSENTIELLEMENT CONSOMMÉS AU PAYS BASQUE

Les cépages rouges représentent aujourd’hui 85% de la surface plantée avec principalement du tannat conférant à l’Irouléguy sa puissance caractéristique puis du cabernet franc lui offrant finesse et élégance et du cabernet sauvignon lui apportant structure et volume. Le gros manseng représente la majorité des surfaces de raisins blancs de l’appellation. Sa fraîcheur est alliée à la puissance du petit manseng, cépage emblématique de la région, et à la rondeur du petit courbu que l’on ne retrouve quasiment nulle part ailleurs en France. « L’irouléguy est essentiellement consommé dans le Pays basque et dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Une part infime de la production est exportée et nous sommes présents dans les métropoles grâce à des restaurateurs ou des cavistes qui exportent la gastronomie et la culture basque », indique Manon Mendy. En 2018, la cave coopérative a été rénovée et accueille entre 30 et 40 000 visiteurs par an. Son magasin réalise un tiers du chiffre d’affaires de la cave. Pour l’avenir, la cave d’Irouleguy compte développer des projets autour de l’œnotourisme et poursuivre sa conversion au bio concernant déjà 40 % de ses volumes de production.

Cave d'Irouléguy

© D. R.

L’AOC IROULÉGUY FÊTE SES 50 ANS

Avec ses 140 hectares, la coopérative de la cave d’Irouléguy est l’adhérente la plus importante du syndicat des vins d’Irouléguy. Créé en 1945 sous le nom de syndicat de défense des vins d’Irouléguy, il regroupe aujourd’hui une quinzaine de producteurs indépendants en plus de la cave d’Irouléguy. Le vignoble du syndicat couvre 240 hectares et en 1970, il a obtenu l’appellation d’origine contrôlée (AOC), le label français dont la déclinaison européenne est l’appellation d’origine protégée (AOP). N’ayant pu fêter les 50 ans de son AOC en 2020 pour cause de crise sanitaire, le syndicat des vins d’Irouléguy les a célébrés en avril dernier à Itxassou lors d’une journée dédiée aux anniversaires des quatre AOP du Pays basque. 2 000 participants ont ainsi fêté les 40 ans du fromage de brebis Ossau-Iraty, les 20 ans du piment d’Espelette, les 4 ans du jambon Kintoa et les 50 ans des vins d’Irouléguy. L’évènement devrait être reconduit l’année prochaine toujours sous la houlette de l’association AOP du Pays Basque représentant près de 2 500 emplois directs.