Couverture du journal du 28/09/2022 Consulter le journal

Pays basque – Nature & Résidence : engouement pour la résidence secondaire à prix abordable

Jamais les Français n’ont possédé autant de résidences secondaires et jamais ils n’en ont autant recherché. Avec son concept de parc résidentiel de loisirs (PRL), le bayonnais Luis Do Souto et sa société Nature & Résidence proposent des résidences secondaires abordables mais peinent à répondre à la demande.

Casa e Natura, Luis Do Souto, Nature & Résidence

© Jean-Marc Lailheugue

Selon une étude de l’INSEE publiée fin 2020, il y aurait 3,6 millions de résidences secondaires en France, soit un logement sur dix au sens fiscal. C’est un record. En mai dernier, le groupe Mercure, spécialisé dans l’immobilier de luxe, publiait une étude sur le marché en pleine croissance des résidences secondaires. 40 % des Français en souhaitent une ! Avec la crise sanitaire et le développement du télétravail, c’est maintenant de résidence semi-principale dont il faudrait parler. Si deux résidences secondaires sur trois sont détenues par des 60 ans ou plus, une population plus jeune, de 35 à 60 ans, recherche aussi ce type de bien. De nouveaux périmètres géographiques, pas nécessairement dans les régions touristiques, mais avec la proximité d’infrastructures de transport comme le TGV ou l’autoroute sont maintenant prospectés. « Depuis la Covid, nous constatons une très forte augmentation des demandes d’une clientèle souvent âgée de 50 à 60 ans et résidant à deux ou trois heures de sa résidence secondaire », confirme Luis Do Souto.

C’est maintenant de résidence semi-principale dont il faudrait parler

Luis Do Souto, Nature & Résidence

© Jean-Marc Lailheugue

UN CHALET ET UN TERRAIN POUR 160 000 EUROS

Avec sa société Nature & Résidence Luis Do Souto développe le concept de parc résidentiel de loisirs (PRL) depuis 2010. Nature & Résidence recherche, trouve et acquiert des terrains dans toute la France pour les partager en parcelles de 300 à 500 m2. Equipé ensuite d’un confortable chalet en bois d’une superficie de 40 à 70 m2, l’ensemble est vendu comme résidence secondaire pour des courts ou longs séjours. Le prix de vente moyen de l’ensemble est de 160 000 euros. Mais la particularité du concept est l’aménagement du lotissement avec notamment une piscine chauffée l’hiver, une aire de jeux, une salle de réception s’ajoutant aux parkings, à l’éclairage et aux espaces verts. Un service de gardiennage et d’entretien à l’année est aussi proposé. « Ces services sont une valeur ajoutée qui nous amènent plus de travail mais c’est notre marque de fabrique. Nous sommes vraiment sur un marché de niche, il y a encore peu d’acteurs dans le PRL au plan national », assure Luis Do Souto. À noter que chaque parc est géré par une association de type copropriété.

Encore peu d’acteurs dans le PRL au plan national.

Déjà 800 ventes sur 15 programmes

« Aujourd’hui nous en sommes à un peu plus de 800 ventes avec 15 programmes complétement finis, une dizaine en cours et 6 ou 7 projets de développement donc en attente de permis », détaille Luis Do Souto. Son entreprise réalise un chiffre de 20 millions d’euros sous l’enseigne Nature & Résidence Village. Son dernier projet est Nature & Résidence Silver : deux parcs résidentiels de loisirs avec des services spécifiques aux seniors.

 

Luis Do Souto, Nature & Résidence

Luis Do Souto © Jean-Marc Lailheugue

Son groupe possède également 5 campings sous l’enseigne Nature & Résidence Loisirs. « Du mobil home de 25 000 euros jusqu’au chalet avec terrain à 250 000 euros, nous couvrons tout le panel de la résidence secondaire pour tous les budgets et tous les âges », assure-t-il. Reste néanmoins à trouver des terrains. « C’est le plus difficile, mais nous nous débrouillons. La difficulté liée aux lourdeurs administratives augmente avec le nombre de normes et de critères mais cela nous permet de faire des villages plus vertueux », admet Luis Do Souto qui « regarde ce qui se passe au Portugal et en Espagne » pour le développement de son entreprise.

 

BATAILLE JURIDIQUE SUR LES AIRBNB AU PAYS BASQUE

Selon la communauté d’agglomération Pays basque, les annonces actives de locations de meublés de tourisme sont passées de 7 150 en 2016 à 16 440 en 2020. Cette augmentation de 130 % priverait de trop nombreux ménages de logements et les élus des 158 communes de l’agglomération basque ont réagi avec un règlement spécifique. Pour freiner le développement de ces locations de type Airbnb sur 24 communes (essentiellement du littoral), ces élus ont adopté une délibération le 5 mars.

Ainsi, à partir du 1er juin, les propriétaires de résidences secondaires louant leur bien à des vacanciers auraient été contraints de proposer un autre bien à louer à l’année en guise de compensation. Mais, suite à un recours de propriétaires, le tribunal administratif de Pau a retoqué ce règlement le 3 juin. Les élus de la communauté d’agglomération Pays basque ont alors contre-attaqué le 9 juillet en adoptant un texte corrigé au regard des observations formulées par le tribunal administratif de Pau. Du coup, la nouvelle mesure de compensation obligera quand même chaque propriétaire à louer un autre bien à l’année à partir du 1er mars 2023 si, bien sûr, aucune instance juridique ne s’y oppose d’ici là.