Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Périgueux – Le Quartier Aliénor en expansion

Le nouveau siège de l'agglomération périgourdine, à proximité de la gare de Périgueux, est le centre de gravité de sa stratégie de quartier d'affaires.

Les immeubles poussent dans le quartier d'affaires Aliénor. © SBT - La Vie Économique

Pour répondre à l’intégration de nouveaux territoires et compétences, le Grand Périgueux a déménagé dans ses nouveaux murs il y a un an, l’occasion de se retourner sur un passé récent qui obligeait les 83 élus communautaires à se réunir dans des salles des fêtes faute de locaux assez grands. Avec la construction du Pôle Aliénor, ils bénéficient d’une salle de délibérations (ouverte à la location pour des événements d’entreprise) et les agents de la collectivité de bureaux modernes. Le site des anciens entrepôts Sernam, acquis dès 2015, était constructible mais pas pour des logements, en raison de remblais pollués. L’activité économique a été privilégiée pour un quartier d’affaires accessible par la passerelle depuis la gare et le pôle multimodal. Le Grand Périgueux a installé ses services et la locomotive a accroché bien des wagons depuis. Imaginé dès l’origine pour accueillir ses satellites (mission locale, maison de l’emploi, Ciass, pépinière), le quartier héberge des services extérieurs complémentaires (Casiopea, service infirmier de Périgueux, structures éparpillées dans différents sites), des antennes de la Région se sont aussi fixées, comme le service transports.

Espace identifié et dynamique de site

L’espace d’accueil est mutualisé, les étages de bureaux sont conçus sur une même trame dans une architecture sobre et fonctionnelle, adaptable et ouverte. Les panneaux photovoltaïques du toit assurent l’autoconsommation. Pour donner l’exemple, parce qu’elle promeut l’usage des transports en commun, du covoiturage et du vélo, la collectivité n’a pas favorisé le stationnement de ses agents. Tous organismes compris, 350 personnes travaillent sur le site. « Le pari était de réhabiliter un quartier qui en avait vraiment besoin, souligne Hélène Chevalier Villate, cheffe de cabinet. Avec cette vie retrouvée, des restaurants s’installent, des promoteurs privés lancent des constructions » : un immeuble occupé par France Travail ; un projet de parking silo et d’immobilier tertiaire ; la future maison de l’habitat (Périgord habitat, ATD, Semiper…) ; une construction pour la MSA qui quitte le cœur de Périgueux… La partie suivante se jouera donc au centre, la ville composant son attractivité avec le foncier libéré. « Une recomposition moins impactante que le départ des chambres consulaires vers Cre@Vallée dans les années 2000 ».