Couverture du journal du 07/12/2022 Consulter le journal

Pyrénées : le Pic du Midi toujours plus haut

Depuis son ouverture au public il y a 22 ans, le Pic du Midi est devenu l’une des destinations incontournables des Hautes-Pyrénées grâce au travail de fond mené autour de l’offre touristique. Cet été, la fréquentation devrait battre un nouveau record.

Pic du Midi

© Julien Domec

Le voyage commence dès le pied posé dans le téléphérique, à la gare de départ en station de La Mongie. Au premier soubresaut de l’habitacle, déjà les yeux se lèvent pour tenter d’apercevoir l’arrivée située en haut du Pic du Midi de Bigorre, à 2 877 mètres d’altitude. En ce mercredi de juin, pas de file d’attente mais une cabine malgré tout remplie, comme pour confirmer la notoriété du site de venu embléma tique des Hautes-Pyrénées. Une réputation justifiée : une fois au sommet, après 15 minutes d’une montée sans accrocs, difficile en effet de ne pas avoir le souffle coupé face à ce panorama à 360° sur toute la chaîne des Pyrénées, de la Catalogne au Pays basque.

LIEU TOURISTIQUE ET OBSERVATOIRE SCIENTIFIQUE

Véritable joyau des Pyrénées, le Pic du Midi qui est à la fois un lieu touristique et un observatoire scientifique, connaît chaque année un succès croissant confirmé par la fréquentation estivale : en juillet et août 2021, 61 331 visiteurs l’ont visité, soit une augmentation de près de 1 % par rapport à 2020. Malgré tout, pour Daniel Soucaze des Soucaze, directeur du Pic du Midi, ces chiffres aussi bons soient-ils ne doivent pas faire oublier l’impact de la crise : « ils ne concernent que deux mois sur douze. Bien entendu, reprendre après cette période compliquée et enregistrer notre plus bel été, c’est une très belle nouvelle. Mais il ne faut pas perdre de vue que si nous n’avions pas eu l’indemnité des Domaines Skiables de France, nous ne clôturions pas l’année sans demander quoi que ce soit aux collectivités. »

Le ponton dans le ciel, passerelle métallique de 12 mètres suspendue au-dessus du vide, est l’attraction phare du site

Daniel Soucaze des Soucaze, directeur du Pic du Midi.

Daniel Soucaze des Soucaze, directeur du Pic du Midi. © DR

OBJECTIF 2022 : S’APPROCHER DES 8 M€ DE CA

Cela étant dit, Daniel Soucaze des Soucaze se veut particulièrement confiant pour 2022, après un très bel hiver dopé par les bons résultats de la station de La Mongie et un bon début de saison estivale : 600 à 700 visiteurs montent chaque jour au Pic depuis le lancement de la saison le 1er juin. Et ce malgré l’absence de la clientèle étrangère qui, depuis le Covid, peine à retrouver le chemin du Pic. En temps normal, celle-ci représente 25 % de la fréquentation. En 2020 et 2021, elle pesait entre 5 % et 8 %.

Avec des objectifs pour 2022 fixés à la hausse notamment sur l’été, l’augmentation du chiffre d’affaires constatée chaque année depuis l’ouverture du site au grand public devrait ainsi de nouveau se confirmer, selon son directeur : « Dans notre business plan, nous avons prévu d’atteindre un chiffre d’affaires sur le budget global de presque 8 millions d’euros ». Une ambition affichée, qui conduit toute l’équipe du Pic (55 salariés à l’année et 80 l’été) à sans cesse travailler sur l’attractivité de cette destination mythique, pour conserver cette dynamique acquise depuis 20 ans.

DE LA MENACE DE FERMETURE AU SAUVETAGE DU PIC

En 1995, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche annonce la fermeture du Pic à l’échéance de 1998, en raison de restrictions budgétaires. Mais c’était sans compter sur la volonté de personnes, scientifiques comme acteurs du territoire, qui mettent tout en œuvre pour sauver le site. En 1996, le Syndicat mixte pour la Valorisation touristique du Pic du Midi composé de la Région, du Département et des collectivités locales, est créé pour gérer le site. Il se voit confier par l’État, propriétaire des installations, une concession de travaux et de service public pour l’aménagement et l’exploitation d’une partie des locaux installés au sommet et son accès par téléphérique. Le chantier de l’actuel site du Pic du Midi est lancé aussitôt. Les modifications ayant permis d’éviter la fermeture du site, ont représenté un investissement total de 39 millions d’euros. En juin 2000, les premiers touristes sont arrivés au sommet pendant l’été.

UN POSITIONNEMENT MARKETING REVU EN 2008

En effet, si la notoriété du Pic n’est plus à faire, cela n’a pas toujours été le cas. D’abord reconnu par la communauté scientifique grâce à son observatoire, il a été pendant longtemps le domaine réservé des astronomes. Et même si, depuis 140 ans, le pan scientifique reste la vocation première du Pic, Daniel Soucaze des Soucaze a conscience du chemin parcouru depuis l’ouverture du site en 2000, d’abord aux amateurs de ciel étoilé puis au très grand public : « En 2007, nous avons complètement changé de positionnement marketing. Alors que nous étions sur un tourisme exclusivement scientifique, nous avons décidé de nous ouvrir davantage après nous être rendus compte que notre clientèle ne venait pas seulement pour les étoiles, mais aussi pour admirer le panorama, de jour. Nous avons donc revu notre communication et avons décidé de travailler avec une attachée de presse. Et, en parallèle, nous avons augmenté notre politique tarifaire ».

Si ce virage s’avère compliqué à négocier la première année, rapidement la machine est enclenchée, avec un million de chiffre d’affaires supplémentaire entre 2008 et 2011 et une fréquentation en hausse depuis : en 2019, on comptabilisait 139 892 visiteurs sur l’année, contre 100 000 en 2008. Avec une offre désormais rodée, et grâce au soutien du Comité régional de Tourisme Occitanie, ainsi que de Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement (HPTE), sans oublier celui du réseau N’PY (auquel le site a adhéré en 2007), le Pic du Midi s’affiche désormais en grand et sans fausse modestie.

DES EXPÉRIENCES MULTIPLES À VIVRE AU SOMMET

Aujourd’hui, le planétarium, l’espace expérience, la découverte de la Coupole de l’astronome, la visite en réalité augmentée ou encore le ponton dans le ciel, cette passerelle métallique de 12 mètres suspendue au-dessus du vide (l’attraction phare du site, selon Daniel Soucaze des Soucaze) ont de quoi contenter les visiteurs et les invitent à passer un certain laps de temps à 2 877 mètres d’altitude. Avec la possibilité de manger au restaurant panoramique Le 2 877, ou bien au Bistrot, aux tarifs plus accessibles.

Autres propositions du Pic, plus sportives celles-ci : la descente en ski freeride l’hiver ou en VTT l’été, l’ascension d’une cascade de glace, les concerts organisés durant l’été ou encore les nuits au sommet, particulièrement appréciées tant l’expérience est inédite. Le planning de réservation pour les 15 chambres est d’ailleurs complet pour cette année. Celui pour 2023 vient tout juste d’ouvrir. Un constat sans appel qui a, semble-t-il, inspiré les équipes du site pour l’un des gros dossiers sur le feu : la réouverture de l’Hôtellerie des Laquets, située à 200 mètres en contrebas du Pic.

61 % DU CA REVERSÉ SUR LE TERRITOIRE

En 2019, le Pic du Midi a adhéré à la démarche Biom, reconnue Solutions COP21, qui valorise la contribution d’une entreprise a son territoire et permet de recenser les retombées économiques de son activité. Le Pic du Midi reverse ainsi 61 % de son chiffre d’affaires sur son territoire : concrètement, sur 100 € de dépenses, 61 € sont redistribués au profit de l’emploi, des services publics et du développement durable. Pour le Pic du Midi, l’indice intègre notamment les bonnes pratiques environnementales (démarche ISO 14001, gestion de l’éclairage pour éviter la pollution lumineuse, consommation d’énergie verte…), les bonnes pratiques économiques (promotion du territoire, implication dans les écoles, Réserve Internationale de Ciel Étoilé, label ISO 9001…) et les bonnes pratiques sociales (démarches Qualité de Vie au Travail, Santé, Sécurité…).

UN HÔTEL 4 ÉTOILES EN PROJET

Dormir dans un hôtel 4 étoiles riche d’une histoire singulière et situé en haute altitude : cette aspiration pourrait devenir réalité à l’horizon de l’hiver 2024 si l’avant-projet détaillé de rénovation de cet hôtel mythique est validé. Construite entre 1930 et 1933, et exploitée en suivant par la Compagnie des Hôtels de Montagne, l’Hôtellerie des Laquets est dès son origine l’étape indispensable sur la route du Pic du Midi. Remettre en service cet hôtel et reconstruire son téléphérique, sorti de terre en 1962 et démantelé dans les années 1980, permettrait de répondre à une forte demande mais également de se positionner « dans la continuité de l’histoire », selon les mots de Daniel Soucaze des Soucaze. Dans l’attente d’une confirmation définitive du lancement de ce projet, le montant des travaux de rénovation et de l’extension de l’Hôtellerie des Laquets a déjà été estimé à 3,19 millions d’euros, et la construction du téléphérique à 2,9 millions d’euros.

LE PIC EN QUELQUES CHIFFRES

7,174 M€ TTC de chiffres d’affaires en 2019

139 892 visiteurs en 2019

5 887 clients en 2019 la nuit

Jusqu’à 2 800 personnes par jour au sommet, au plus fort de la saison

600 personnes réunies au sommet pour les concerts

80 salariés pendant la saison

LA MAISON TOURMALET PIC DU MIDI

Autre dossier, autre investissement conséquent : celui de la Maison Tourmalet Pic du Midi qui devrait voir le jour à l’automne au col du Tourmalet, autre passage obligé des Hautes-Pyrénées. Un programme chiffré à 3,22 millions d’euros et annexé aux actions de la Réserve Internationale de Ciel Étoilé et à son projet de labellisation Unesco. Véritable porte d’entrée pour les installations sommitales du Pic du Midi, la Maison Tourmalet Pic du Midi sera composée d’un espace accueil-boutique et d’une Maison de la Nuit, centre des opérations d’un programme transfrontalier pour protéger la biodiversité et valoriser le ciel étoilé.

En 2019, on comptabilisait 139 892 visiteurs sur l’année, contre 100 000 en 2008.

Cette année particulièrement, les projets menés autour du Pic du Midi, qu’ils soient sur site ou complémentaires à sa visite et à ses activités touristiques comme scientifiques, ont été imaginés pour renforcer encore davantage le pouvoir d’attraction du lieu. Avec, en filigrane, la volonté d’asseoir définitivement « le phare des Hautes-Pyrénées » comme l’une des locomotives touristiques du département.

CONCERTS AU SOMMET CET ÉTÉ

Le samedi 9 juillet, les concerts au sommet du Pic du Midi débutent avec Cock Robin. Le dimanche 17 juillet dans le cadre du Festival Piano Pic, le pianiste français Philippe Bianconi proposera un programme éclectique et enthousiasmant fait de musique de chambre, musique symphonique et jazz. Le samedi 23 juillet, le groupe pop Lilly Wood and the Prick sera au sommet pour un concert qui s’annonce exceptionnel. Le vendredi 29 juillet, ce sera au tour de N’To de se produire avant de laisser sa place au groupe de pop électro français Kid Francescoli, le vendredi 12 août. Par ailleurs, le Pic du Midi propose cet été des soirées Galactiques. Les invités monteront en fin de journée au Pic du Midi, visiteront le site et profiteront du panorama. Ils rejoindront ensuite le Col du Tourmalet pour un dîner montagnard puis partiront admirer le coucher de soleil avant d’observer les astres, à l’œil nu ou à l’aide de télescopes.

Tarifs, réservations et renseignements sur : www.picdumidi.com

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée

Vos formalités juridiques

Sujets de l'article