Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Safran : le pari de l’alternance

Afin d’accompagner sa croissance, Safran Helicopter Engines vient de créer CAMI Aéro, un centre de formation pour alternants dans les métiers de l’usinage situé sur son site de Bordes.

© Laurent Pascal / CAPA Pictures / Safran

Chez Safran Helicopter Engines, le carnet de commandes bien fourni témoigne de la bonne santé du marché de l’hélicoptère. Cette année, 800 moteurs seront ainsi livrés par l’industriel, puis 1 000 en 2025… Au total, sur la prochaine décennie, 10 000 moteurs sortiront des ateliers. Encore faut-il réussir à suivre la cadence : pour assurer son avenir, le motoriste béarnais vient de se doter de son propre Centre d’Alternance des Métiers Industriels Aéronautiques (CAMI Aéro). Un lieu dédié, situé à quelques mètres de la maison mère, est en train d’être aménagé pour accueillir des apprentis : 19 machines, sur 1 000 m2, leur permettront de se former aux métiers de l’usinage, encadrés par 4 tuteurs salariés. Une solution onéreuse, d’un investissement de 2 à 3 millions d’euros, mais qui devrait pouvoir pallier, dans une certaine mesure, les difficultés à trouver de la main-d’œuvre qualifiée.

75 alternants espérés à terme

« Nous avons besoin de recruter pour accompagner notre croissance », assène la directrice des ressources humaines Florence Gourmanel, qui rappelle que 1 000 personnes dont 400 en CDI ont été embauchées sur les sites français de Safran, en 2023. « L’augmentation des cadences nous conduit à avoir davantage de besoins en production. C’est ce qui a donné sens au projet. » Habituellement, Safran embauche 20 alternants par an : un nombre trop bas selon la DRH, contraint par l’incapacité d’en accueillir davantage. Avec CAMI Aéro l’entreprise souhaite monter ce chiffre à 50 alternants la première année, puis 75 les années suivantes.

Attirer 30 % de femmes

En parallèle de leur formation technique chez Safran au sein de CAMI Aéro, ces derniers suivront des cours au Pôle Formation Adour de l’UIMM. Des formations de 1 à 3 ans sont proposées aux lycéens, étudiants, ou actifs en recherche d’une reconversion professionnelle, de tous âges, hommes et femmes. Un dernier point majeur pour le groupe qui espère former 30 % d’alternantes. Ce « challenge » selon Isabelle Thuillier, adjointe aux ressources humaines, semble déjà s’avérer gagnant : celle-ci constate l’intérêt grandissant de la gent féminine pour les métiers de l’industrie. Un attrait qui pourrait se vérifier dès le mois de septembre, alors que sera accueillie la toute première promotion de CAMI Aéro.