Couverture du journal du 07/12/2022 Consulter le journal

Trains à 1 € : l’essai transformé en Occitanie

Après le succès phénoménal des billets de trains à 1 € mis en place en octobre, la Région Occitanie et la SNCF instaurent ce tarif réduit tous les premiers week-ends du mois, à partir de décembre. Une mesure qui s’inscrit dans un dispositif global qui comprend également des aides au covoiturage.

trains

Carole Delga, présidente de Région, et Philippe Bru, directeur régional de SCNF Voyageurs ©DR

C’est dans le contexte inédit d’une pénurie de carburant que la Région Occitanie et la SNCF ont mis en place durant deux week-ends d’octobre les billets de trains à 1 € pour tous sur l’ensemble des lignes liO. Cette mesure exceptionnelle a engendré une fréquentation record de 250 000 voyageurs, séduisant même jusqu’à 131 000 usagers lors des 22 et 23 octobre, soit un chiffre cinq fois supérieur à celui du trafic habituel. Pour faire face à cet afflux hors-normes, 43 000 places avaient dues être ouvertes à la vente et, en plus des abonnés, ce sont au total 182 000 billets qui se sont écoulés, permettant d’économiser en moyenne 650 000 litres de carburants. Autant de paramètres qui ont démontré que les usagers étaient prêts à opter pour une mobilité plus douce lorsque les voyages étaient plus accessibles.

UN OBJECTIF DE 100 000 USAGERS PAR JOUR

Ce sera désormais le cas et, dès le 3 décembre prochain, cette offre de billets à 1 € sera reconduite le premier week-end de chaque mois et ce, sur l’ensemble du réseau. Une mesure qui réjouit Philippe Bru, directeur régional SNCF Voyageurs : « Le nombre de voyageurs ne cesse d’augmenter pour atteindre plus de 70 000 personnes par jour. Nous visons les 100 000 ». Un seuil déjà franchi à cinq reprises au cours de l’été 2022. Pour Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, elle s’inscrit pleinement dans « l’ambition du déploiement ferroviaire engagé depuis 6 ans » : « Face à la crise climatique mondiale et aux difficultés énergétiques, le train est une alternative crédible à la voiture individuelle. Mais pour cela, les tarifs doivent baisser et le service doit être optimal. Nous faisons tout pour que ces conditions soient réunies et demain je veux aller plus loin. Avec mes homologues présidents de Régions, nous allons interpeller l’État pour lancer un plan de 100 milliards d’euros sur 10 ans en faveur des infrastructures ferroviaires vieillissantes ou manquantes ».

Cette opération montre que les usagers sont prêts à opter pour une mobilité plus douce lorsque les voyages sont accessibles

TARIF À 1 € LORS DES PICS DE POLLUTION

Le versant environnemental est au cœur du dispositif qui comporte une mesure qui sera une première en France : lors des pics de pollution, les trains liO seront également à 1 € à partir de 2023. Menée en partenariat avec l’ATMO Occitanie, organisme qui surveille la qualité de l’air, elle sera déclenchée lorsque les préfets de département désigneront l’épisode de pollution comme persistant. En 2021, 31 journées avaient été classées en épisodes de pollution et cette année 26 journées l’ont été. Toujours dans l’optique de réduire l’utilisation des véhicules personnels, la Région va plus loin et veut favoriser le co-voiturage, tous les secteurs n’étants pas couverts par le trafic ferroviaire.

UNE AIDE DE 2 € MAXIMUM PAR TRAJET EN COVOITURAGE

Une grande opération destinée à aider financière- ment utilisateurs de ce mode de transport collaboratif est mise en place, aussi bien destinée au conducteur qu’au passager. Pour les trajets partagés de moins de 30 kilomètres, ce dernier se verra prendre en charge 0,10 € /km. Une aide de 2 € maximum par transport, automatiquement versée lors de la réservation et cumulable avec le forfait mobilité durable de l’employeur. Le conducteur lui est assuré de percevoir un minimum de 2 € par trajet, quelle que soit sa distance. Une politique globale qui porte ses fruits, l’Occitanie est la région française qui enregistre la plus forte progression de fréquentation sur son réseau ferroviaire avec + 27 % depuis le début de l’année par rapport à 2019 et + 57 % sur août et septembre. Elle est sur les rails et compte bien le rester.

TROIS EXPÉRIMENTATIONS ENGAGÉES

Avec le Plan Rails, adopté en 2020, ce sont 800 M d’euros qui vont être investis en Occitanie pour notamment préserver et rénover les petites lignes. Les innovations marquent également le territoire où sont engagées trois expérimentations : le train hybride, dont les essais sont en cours, devrait être mis en service en 2023, le train à batterie rechargeable pour lequel l’expérimentation est programmée l’an prochain pour une mise en service commerciale en 2024 et enfin le train à hydrogène avec la réception de trois rames prévues pour la fin 2025.