Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Un capital gastronomique

La participation de la Dordogne au Salon de l’Agriculture marque toujours un temps fort : ce rendez-vous qui se tient cette semaine à Paris souligne la diversité de ses filières, arguments touristiques en prime.

capital gastronomique

© shutterstock

Durant dix jours, le Périgord occupe un stand de 120 m2 « mis en scène comme une place de village, propice aux rencontres, aux dégustations et à la convivialité ». La Semitour-Périgord, le Comité Départemental du Tourisme, le service Tourisme du Conseil départemental et l’ensemble des offices de tourisme de Dordogne ont été associés au programme d’animations et sont sur place pour valoriser les spécificités locales. La rencontre avec les 700 000 visiteurs potentiels est très attendue. La destination est en effet positionnée parmi les trois préférées des Français (chiffre 2020) grâce à l’alliance de ses richesses patrimoniale, histoire, gastronomique et naturelle. Et la Dordogne est le premier département français pour l’agritourisme.

LE POIDS DE L’AGROALIMENTAIRE LOCAL

Deuxième activité économique après le tourisme, la filière agroalimentaire locale s’appuie sur une ruralité vivante, une agriculture de proximité, avec des filières structurantes. Dans la redistribution des compétences entre les collectivités, le Département accompagne seul ou en cofinancement avec la Région (Programme de développement rural aquitain) des investissements structurants : il a ainsi versé plus de 3,2 M€ d’aides l’an passé. Cette année, les efforts porteront sur l’organisation des circuits (approvisionnement des industries agroalimentaires), l’installation et la transmission, l’agriculture durable et les produits de qualité, le soutien aux agriculteurs en difficulté, le « local, bio et fait maison » dans la restauration collective.

FORTE PARTICIPATION AU CONCOURS GÉNÉRAL AGRICOLE

Le Concours général agricole (Voir LVE n° 2543 du 8/02/23) se déroule lors du Salon de l’Agriculture, et les chambres d’agriculture ont organisé les phases amont avec la récolte des échantillons, la présélection de produits et vins et l’aide au recrutement des jurés. Ce temps fort annuel est une vitrine des savoir-faire dans leur qualité et leur diversité : eaux de vie, vins, produits laitiers, charcuteries, volailles, foie gras, truites, miels, bières… Les producteurs périgourdins se sont inscrits en nombre : 82 candidats pour les vins, avec 303 échantillons sur les tables des jurés et 33 candidats (dont 5 nouveaux) pour les produits, avec 184 échantillons.

PROMOTION DE L’ÉCONOMIE LOCALE

Sur le stand, cinq cuisiniers professionnels sont aux commandes, face au public, pour réaliser des recettes à partir de produits fournis par l’association Agora des Champs. Cette boutique de producteurs propose à la vente, près de l’espace culinaire, une centaine de références représentatives d’une alimentation locale et de qualité : foie gras, truffes, noix, châtaignes, cèpes, miel, agneaux, poulets fermiers, cabécou… La brasserie artisanale de Sarlat, animée par Xavier Gombert, partage aussi l’aventure du salon.

Quelques rendez-vous spécifiques sont à retenir. Le Syndicat de l’hôtellerie de plein air, le club hôtelier de Sarlat et Terrajob profitent de la manifestation pour un job dating et susciter des recrutements dans les métiers du tourisme (hôtellerie, camping, animations…). Périgord Développement animera une matinée sur le thème de l’attractivité et de la transmission économique. Et le jeu vidéo Dordogne sera présenté samedi 4 mars comme « une expérience narrative unique » à travers les paysages peints à l’aquarelle.

DES ARGUMENTS DE QUALITÉ

La Dordogne est le premier département de Nouvelle-Aquitaine en nombre d’exploitants en agriculture biologique. Et plus de 50 % des produits agricoles sont sous un label de qualité. Pour les AOC/AOP : Vins de Bergerac et Duras, Noix du Périgord, Pomme du Limousin, Cognac (près de la Charente), Rocamadour (près du Lot) et Huile de noix. Pour les IGP : Canard à foie gras du Périgord, Agneau du Périgord, Fraise du Périgord (avec un cahier des charges en cours d’évolution), Pruneaux d’Agen, Jambon de Bayonne (production des porcs dédiés), et Oie et Châtaigne sont en cours de validation. Et côté Labels rouges : Bœuf blond d’Aquitaine, Veau fermier élevé sous la mère, Veau fermier du Limousin, Bœuf limousin et Limousin junior, Porc au grain du Sud-Ouest, Poulet jaune fermier du Périgord, Châtaigne.