Couverture du journal du 21/06/2024 Le nouveau magazine

Unikle : le vélo-cargo pyrénéen

À Lucq-de-Béarn, Adrien Pitois, le fondateur de la marque Unikle, lance la commercialisation de ses vélos-cargos biporteurs à assistance électrique. Un particulier et deux entreprises ont d’ores et déjà passé commande, séduits par ce produit peaufiné pendant deux ans.

© Cyril Garrabos - La Vie Economique

Au cœur de la campagne béarnaise, dans la grange du XVIe siècle attenante à la maison familiale et transformée en atelier, Adrien Pitois conçoit et fabrique des vélos, uniquement cargos. Une activité volontairement de niche, quand d’autres amoureux des deux-roues produisent artisanalement des cycles de tous types, du VTT au vélo de ville. Cet adepte du « tout vélo », lui, a raisonné en tant qu’utilisateur : suite au Covid, ce dessinateur industriel dans l’aéronautique reconverti comme chaudronnier se retrouve au chômage, déménage de Pau à Lucq-de-Béarn mais sans pour autant abandonner son moyen de locomotion préféré. Il achète un vélo-cargo, pour sa visée utilitaire mais aussi pour transporter ses enfants, le dote d’une assistance électrique pour l’aider à monter les côtes de son village et le transforme selon ses besoins. D’usager, il devient concepteur et décide de se lancer.

Un vélo béarnais

Unikle, contraction de « unique » et « cycle », naît ainsi en 2022. Sur fonds propres, moyennant 40 000 euros d’investissement, Adrien Pitois s’équipe, construit ses propres machines et se fournit en matières premières en privilégiant au maximum le local. Idem pour ses sous-traitants à qui il confie la découpe laser ou encore le pliage et l’usinage, tous situés en Béarn. « C’est une question de bon sens », résume le jeune homme, qui croit aux valeurs partagées. « Je souhaite travailler avec des personnes qui veulent être dans le même bateau. » Le trentenaire veut rester en phase avec ses convictions, sans desservir son produit : aujourd’hui, un peu moins de deux ans après la création de son premier prototype et plusieurs ajustements, son vélo-cargo est fin prêt à être commercialisé et à se défendre sur le marché.

Le cadre du biporteur Unikle est en cours d’homologation dans un laboratoire spécialisé

Jusqu’à 200 km d’autonomie

« Mon modèle est à l’inverse de tout ce qui se fait », résume l’artisan cadreur, qui reconnaît être souvent à contre-courant. « Le moteur se situe à l’avant, pour y rajouter du poids et que la première chose qui s’use soit la roue et non la transmission, comme habituellement. » Concrètement, le vélo-cargo Unikle demande donc moins d’entretien, puisque la première réparation n’intervient pas avant les 10 000 km, selon son concepteur. Par ailleurs, ce dernier ne manque pas d’arguments supplémentaires pour vanter les mérites de son produit : batterie grosse capacité (jusqu’à 200 km d’autonomie), moteur puissant de 2 000 W, freinage régénératif, panneaux solaires amovibles, transmission par courroie, moyeu à vitesses intégrées, cadre ergonomique… Celui-ci, en acier chrome molybdène, est d’ailleurs en ce moment même en train de subir des tests de fatigue dans un laboratoire qui permettront à Unikle de le certifier.

Il faut compter 9 300 euros pour s’offrir un biporteur Unikle

Objectif : 13 vélos par an

L’entrepreneur n’a visiblement laissé aucun détail de côté pour donner naissance au biporteur idéal, en l’occurrence fiable, modulaire, robuste et local, pensé pour les particuliers comme les professionnels. Reste désormais à se faire connaître, notamment auprès de la filière. Si, déjà, Unikle a adhéré à certains clusters et autres réseaux, notamment pyrénéens, la jeune entreprise sera présente dans cette perspective au salon des professionnels du vélo Pro-Days, qui aura lieu à Toulouse les 23 et 25 juin prochains. Quant aux potentiels acheteurs, Adrien Pitois mise davantage sur le bouche à oreille que sur les opérations marketing ou sur les revendeurs spécialisés, encore réticents notamment au regard du prix affiché à 9 300 euros pièce. Malgré tout, le jeune dirigeant vient d’enregistrer ses trois premières commandes, en direct. Un bon début à ses yeux, alors qu’il doit produire 13 vélos-cargos par an pour être rentable.

Unikle à l’Escaladieu

Adrien Pitois sera présent au salon de l’artisanat du cycle, qui se tiendra en parallèle du « Concours des Machines – Voyage aux Pyrénées », un événement organisé les 29 et 30 juin prochains à l’abbaye de l’Escaladieu (65) par l’association des Artisans du Cycle dont Unikle fait partie. La vingtaine d’artisans en compétition devra fabriquer un vélo capable de réaliser 2 jours en autonomie sur tous types de terrain. Durant ces deux jours, des démonstrations sont prévues, avec un défilé des machines du concours 2024, une exposition de vélos anciens, un village des artisans locaux et d’autres animations seront proposées.