Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Château Montus, les rencontres de l’excellence

Les 18 et 19 novembre prochains, la famille Brumont ouvre les portes de ses domaines situés à Castelnau-Rivière-Basse et à Maumusson-Laguian. Un programme élaboré comme une ode aux saveurs avec dégustations à la verticale, gastronomie et musique.

Alain Brumont et Antoine Veiry, les créateurs de grandiose. Chateau Montus

Alain Brumont et Antoine Veiry, les créateurs de grandiose. © D.R.

Ce sont des visites qui se vivent comme des moments hors du temps, créant des souvenirs fondés sur l’exceptionnel. Une rencontre rare avec les saveurs d’un cépage, la passion des hommes pour leur terre, leur talent pour en faire jaillir l’excellence… Et l’occasion de découvrir les domaines des Châteaux Montus et Bouscasset à travers leurs plus beaux millésimes. Les 18 et 19 novembre prochains, la famille Brumont en ouvre les portes au public et pour ces créateurs de merveilleux, l’évènement suit la trilogie qui est devenue la signature de ses grands rendez-vous avec le public : des vins et de la belle gastronomie baignés de culture. Un équilibre raffiné qui n’est pas sans rappeler le caractère des nectars classés parmi le top 5 des plus grands vins du monde, régulièrement reconnus lors des dégustations à l’aveugle.  

Dégustation verticale 

A cheval entre la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie, les 140 hectares des domaines sont au cœur du Sud-Ouest et ce rendez-vous est de ceux qui vont le faire battre un peu plus fort. Le programme est celui de la quintessence et c’est bien comme celle-ci qu’il a été pensé : « Nos trois métiers sont ceux de la passion et c’est une façon de la transmettre. On ne boit pas un vin, on le déguste et c’est la même rencontre avec un produit que proposent les représentants de la gastronomie et les artistes », explique Laurence Brumont.  

Si la visite des chais est déjà en soi une escapade inoubliable, les amateurs de grands crus seront comblés avec la Tyre et les Vieilles Vignes  

Si la visite des chais est déjà en soi une escapade inoubliable, tant à Castelnau-Rivière–Basse qu’à Maumusson-Laguian, les amateurs de grands crus seront comblés avec la Tyre et les Vieilles Vignes proposées en dégustation verticale. Une chance de découvrir les différents millésimes d’un tannat mais aussi le porc noir de Bigorre qui va se prêter au même voyage dans le temps : « Le jambon évolue au fil des ans, le principe est le même et en guise de sommeliers, des maîtres coupeurs animeront l’atelier accords mets et vins ».  

La technologie en appui 

La cour du château servira également de cadre fabuleux au Piano Trotteur dont le répertoire classique va assurer les interludes et dans un autre registre, plus festif, la Banda Chicuelina revisitera les hymnes du Sud-Ouest au Château Bouscassé. Après les Nuits Impériales, la famille Brumont perpétue l’alliance des talents, une évolution qui est loin d’être la seule chez ce grand nom de l’œnologie.  

Grâce au tri optique, on va vers quelque chose de grandiose 

 Malgré une année marquée par les intempéries et la grêle, la cuvée qui s’annonce devrait simplement être fabuleuse et la technologie aura joué un rôle dans son élaboration : « C’est un peu surprenant avec les aléas de la météo mais grâce au tri optique, on va vers quelque chose de grandiose. C’est un système de sélection ultra précis qui permet de ne garder que les meilleurs grains d’une grappe », explique Laurence Brumont pour qui s’adapter aux changements climatiques fait partie du métier. 

60 % de la production à l’export 

Dans le même esprit, une biologiste travaille à demeure dans les domaines, analysant tout le process de la vigne à la cuve : « Nous voulons le moins d’entrants possibles dans nos vins, on collabore en liens étroits avec les chercheurs pour établir des protocoles qui réduisent, par exemple, le souffre au maximum. Cela va s’ajuster au fil des millésimes, c’est une année expérimentale ». Repris par Alain Brumont en 1979, Château Montus continue d’éblouir le monde entier avec des cépages qui en 1810 étaient déjà sur les plus grandes tables : aujourd’hui l’export représente 60 % de la production. Amérique du Nord, Suède, Japon, Chine et Corée font partie des amoureux du Madiran et du Pacherenc dont 1 million de bouteilles sont assurées chaque année. A celles-ci s’ajoutent la gamme de Côtes de Gascogne.  

Chateau Montus

© D. R.

Une saga familiale 

Avec un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros, Montus et Bouscassé font rayonner le territoire et emploient une soixantaine de salariés, rejoints par des saisonniers lors des vendanges. Une saga magistrale qui va se poursuivre avec Antoine Veiry, fils de Laurence Brumont : « Il a repris le flambeau, on sait que cet esprit sera perpétué pour les 40 prochaines années ». Une évolution passionnante d’un métier qui demande une vraie adaptation, à suivre dans l’avenir mais à découvrir en novembre et en détail sur le site : les réservations sont plus que conseillées. 

Des déjeuners signés Stéphane Carrade  

Le chef du Skiff Club à Pyla-sur-Mer (33), doublement étoilé au Michelin, élaborera les déjeuners proposés à 13 h. Bigourdan d’origine, ce maestro défend une gastronomie durable basé sur son terroir gascon, des valeurs qui rejoignent celles de la famille Brumont. Au menu, des produits issus du potager, de la ferme et des nouvelles filières locales mais surtout la patte d’un artiste des fourneaux qui va s’accorder avec les nectars de Montus… Réservations obligatoires !