Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Clément Desitter : du foot à la finance

Clément Desitter, ancien joueur du SUA football, a pris un virage à 180 degrés à la fin de sa carrière en passant du monde du sport à celui du conseil en investissements financiers. Rencontre avec un homme au parcours atypique.

Clément Desitter © Julien Mivielle - La Vie Economique

Clément Desitter a participé à la plus belle épopée que le foot lot-et-garonnais ait connue en coupe de France : celle d’Agen en 2010-2011 qui avait vu le SUA être stoppé par l’ogre du PSG 3-2 sur la pelouse d’Armandie en 16e de finale. Après des études en Staps, une carrière de joueur l’ayant porté jusqu’en CFA, et quelques années dans la banque, Clément Desitter décide de se reconvertir. En 2019, à 32 ans, il suit une formation et obtient l’habilitation de l’Autorité des Marchés Financiers pour devenir conseiller en investissements financiers. Il rejoint alors un groupe de 700 conseillers habilités en France qui utilisent l’application Filianse. L’aventure entrepreneuriale débute en janvier 2020 et il met à profit le temps de la crise sanitaire pour se former à distance et développer son réseau. Il s’installe ensuite au Hangar des Conseils à Marmande et intègre le BNI pour se faire connaître.

Démocratiser la gestion de patrimoine

Auvergnat d’origine, Clément s’installe avec sa femme et ses 3 enfants à Villeneuve-sur-Lot en 2023. Il décide alors d’intégrer le Kube à Sainte-Livrade en complément de sa présence à Marmande. Quand on demande à Clément de résumer son activité, sa réponse est claire : « j’interroge mes clients, que ce soit des particuliers ou des professionnels, pour savoir quels sont leurs besoins, leurs objectifs de vie et je leur propose une stratégie et des solutions patrimoniales sur mesure pour y parvenir ». Il tient également à démocratiser la gestion de patrimoine qui ne doit pas être réservée aux plus fortunés. Selon Clément Desitter, il est possible d’investir à partir de 50 euros par mois. C’est pourquoi, il estime qu’il y a encore beaucoup de pédagogie à faire autour de l’économie et de la réalité des investissements financiers. Avec une centaine de clients, le conseiller envisage de grimper jusqu’à 150, voire 200 mais pas au-delà afin de conserver une relation de proximité et un lien direct avec eux. Par ailleurs, il dispose d’une seconde activité qui consiste à recruter, former et accompagner d’autres professionnels du conseil en investissements qui souhaitent devenir indépendants.

Quelques chiffres

Taux d’épargne de 17 % en France

33 millions d’épargnants

1 million de personnes suivies par un conseiller

100 clients (2/3 personnes physiques et 1/3 personnes morales) pour Clément Desitter