Couverture du journal du 17/07/2024 Le nouveau magazine

Cofidur EMS : agrandissement en vue

L’entreprise boulazacoise, Cofidur EMS, spécialisée dans la sous-traitance d’électronique, est sur le point de racheter l’entreprise Seico, basée près de Nantes.

Cofidur EMS

© Marie Lemaitre - La Vie Économique

Lors de la reprise de Cofidur EMS par sept salariés il y a trois ans, les associés s’étaient fixés un objectif : que Cofidur EMS atteigne les 80 millions de chiffre d’affaires d’ici 2025. Le pari, est en passe d’être réussi, voire dépassé, avec le futur rachat de Seico, aussi une entreprise de sous-traitance électronique, puisque Cofidur EMS est en cours de négociation pour son acquisition. Avec 15,7 millions d’euros de chiffre d’affaires, cela propulserait Cofidur EMS à plus de 100 millions d’euros de CA, une fierté pour Nicolas Djerbi, l’un des dirigeants associés.

Complémentarité

La société nantaise a plus de 40 ans d’existence, et se compose d’une centaine de salariés, c’est une organisation « mûre, dans laquelle le dirigeant est proche de la retraite et a souhaité vendre », expose-t-il. Et ajoute : « la société marche, et on va lui laisser son efficacité, et voir comment grandir ensemble. On souhaite conserver les identités des deux sociétés ». Ce qui prime pour le dirigeant, c’est la « complémentarité » de Seico avec l’entreprise Périgourdine – qui a également un site à Laval. « Ils ont une grande diversité de clients, et ils sont nombreux. Mais ils ont aussi de l’agilité dans le traitement des affaires de petites séries, et le prototypage. De plus, ils peuvent réaliser des bandes tests, que nous achetons à Cofidur EMS », souligne Nicolas Djerbi. À l’inverse de Seico, Cofidur EMS a moins de clients, et travaille sur de grandes séries. « Ainsi, des synergies pourront se créer entre les clients de Seico et Cofidur EMS. »

Cela fait trois ans que l’entreprise de Boulazac cherchait à acquérir une société, pour booster sa croissance externe dans le cadre de son plan « Ambitions 2025 » présenté par les sept associés à la reprise. Basé sur quatre axes, ce plan prévoit pour ses dirigeants de « renouer avec la croissance, après une perte de chiffre d’affaires liée au Covid ». Ensuite, l’accent est mis sur la communication. Aussi, l’entreprise ambitionne de créer une « usine 2.0 » sur son site de Périgueux avec des investissements conséquents, et enfin, miser sur le capital humain, en continuant de développer la marque employeur.

Cofidur en quelques chiffres :

2 sites à Périgueux et Laval

1 usine en Tunisie

75 millions de chiffres d’affaires en 2023

60 millions de composants passés par le site de Périgueux en 2023

Plus de 400 collaborateurs