Couverture du journal du 25/01/2023 Le magazine de la semaine

Du Béarn aux Grandes Ecoles, pour l’égalité

L’association Du Béarn aux Grandes Écoles mène des actions pour encourager les lycéens béarnais
à poser leurs candidatures aux cursus sélectifs hors du territoire. Tout comme elle les incite à revenir y travailler une fois leurs études supérieures terminées.

du béarn aux grandes écoles

© DBGE

Guillaume Duteilh, 22 ans, étudiant en master 1 à Sciences Po Paris et président de l’association Du Béarn aux Grandes Écoles (DBGE), est particulièrement direct lorsqu’il s’agit de déclarer sa flamme. En l’occurrence à ses racines. « S’il y a bien une chose qui nous porte, c’est l’amour du Béarn ! Notre première fierté, c’est de faire en sorte que tous les étudiants conservent un lien avec le Béarn », affirme- t-il dans un sourire, résumant en quelques mots l’une des ambitions de cette structure. Créée en 2018 par ce Morlanais et son ami orthézien Hugo Longeas, Du Béarn aux Grandes Écoles a en effet deux principales missions : d’une part promouvoir l’égalité des chances, en poussant les lycéens béarnais à oser se porter candidats aux cursus sélectifs proposés dans les grandes métropoles. Et de l’autre agir sur la vie économique du territoire, en les incitant à rentrer travailler en Béarn une fois leur diplôme en poche.

Une autocensure des lycéens

« Nous agissons pour l’égalité des chances », précise Guillaume Duteilh, évoquant la représentation « assez importante » des Parisiens au sein des grandes écoles. En effet, selon une étude de l’Institut des politiques publiques publiée en 2021, les élèves d’Île-de-France ont une probabilité presque trois fois plus élevée d’accéder à une grande école que les élèves non franciliens et donc notamment béarnais. Une réalité ressentie par le jeune président, qu’il explique par une autocensure conjuguée à un manque d’informations et aux difficultés financières. « Ici, les lycéens ne connaissent pas forcément ces cursus, pensent qu’ils sont loin d’eux géo- graphiquement et socialement, réservés aux Parisiens comme aux fils à papa. Et pour certains, c’est financièrement inenvisageable », résume-t-il.

En mettant en place des interventions régulières dans 8 lycées béarnais et en parrainant des étudiants, Du Béarn aux Grandes Écoles souhaite « donner de l’audace » et encourager les jeunes. Et, plus concrètement, elle accompagne également financièrement quatre étudiants par promotion, grâce à une bourse annuelle de 6 000 €, renouvelée une fois. Une somme versée grâce à un partenariat noué avec trois entreprises locales : Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, Polyclinique Pau Pyrénées et Famille Michaud Apiculteurs.

Développer les synergies avec les entreprises

Cette proximité avec les entreprises béarnaises se traduit également à d’autres niveaux. Régulièrement, l’association organise des visites d’entreprises locales portées par des dirigeants au parcours éloquent. En décembre, 60 adhérents ont ainsi rencontré Paul Escudé, cofondateur de Prof en poche revenu à Pau après avoir écumé plusieurs coins du globe. Un témoignage significatif pour Du Béarn aux Grandes Écoles qui cherche à démontrer à ses membres la vitalité économique du territoire. Une newsletter « Entreprendre en Béarn » est également envoyée à chacun d’entre eux, contenant notamment des offres d’emploi.

En 2023, l’association dont la dernière assemblée générale a eu lieu il y a quelques jours, souhaite développer les connexions et trouver des synergies avec d’autres entreprises du territoire. Et ainsi faire peser davantage d’arguments dans la balance pour convaincre les jeunes diplômés de rentrer au pays, avec cette maxime en tête, partagée par Guillaume Dutheil : « Je vais travailler là où je veux vivre, et non l’inverse ».

Du Béarn aux Grandes Ecoles en chiffres

250 membres

Plus de 3 000 lycéens touchés en intervention (400 lycéens depuis septembre 2022)

7 étudiants actuellement titulaires d’une bourse délivrée par l’association

Une fédération nationale

Du Béarn aux grandes écoles appartient à la Fédération des territoires aux grandes écoles, dont l’histoire a débuté en 2013 avec la création par plusieurs amis de l’association Du Pays basque aux grandes écoles. En 2016, repérés par e Conseil économique, social et environnemental, les représentants de DPBGE sont auditionnés dans le cadre d’un rapport sur la place de la jeunesse dans les territoires ruraux. La fédération voit le jour en 2017. Un an plus tard, elle compte 22 associations locales. Aujourd’hui, elles sont 52 réparties sur tout le territoire.