Couverture du journal du 13/10/2021 Consulter le journal

La Stévia Bio – Made in France

0 calorie, 100 % Bio, 100 % Français. Plus qu’un slogan, une réalité ! La culture de la stévia bio s’impose aujourd’hui en Lot-et-Garonne. Les Français découvrent cette astéracée aux multiples vertus, alternative au sucre, et dont les propriétés antibactériennes pourraient même participer du combat contre la Covid-19.

Stévia

© D. R.

C’est au printemps 2011, sur l’Agropole d’Agen, que Philippe Boutié, ancien cadre commercial d’une entreprise sucrière, rencontre Pierre Jannot, industriel de l’agro-alimentaire bio. Lors de cette rencontre, se dessinent les premières esquisses de la future filière française de stévia bio.

Philippe apporte sa connaissance du marché du sucre, Pierre son expertise industrielle de l’extraction. Après 7 ans de Recherche et Développement, aussi bien dans le domaine agricole (culture de la plante) que dans celui de l’extraction et de la transformation, Oviatis devient l’industriel de référence sur le marché de l’édulcorant bio, produit et transformé en France.

« Proposer une vraie alternative santé face à la surconsommation générale de sucre, c’est le pari d’Oviatis »

Amandine Nigro, responsable des ventes et marques, Cécile Hastoy, responsable R&D et Philippe Boutié, PDG d’Oviatis © D. R.

Explications… Après avoir émergé autour d’un groupe d’agriculteurs bio installés dans le Sud-Ouest, la filière française naissante a renforcé ses compétences en associant au projet l’expertise technique des professionnels de la R&D agricole comme Invénio et l’INRAE, puis des compétences en process industriel avec Rouages, l’IFTS, Fauquet et Les Mines d’Albi. En 6 ans, soutenu également par l’Agence Bio, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil départemental de Lot-et- Garonne, France Agrimer et les Chambres d’Agricultures départementales, Oviatis a patiemment et localement constitué la filière Aquitaine Stévia Innovation, en développant une transformation au plus près des producteurs. Un process industriel 100 % naturel.

Chaque année, les surfaces implantées augmentent sensiblement, de 3 ha en 2018 elles sont passées à 15 ha en 2020. L’objectif est d’atteindre 60 ha de stévia bio dans les 2 prochaines années, avec l’engagement d’une cinquantaine de producteurs du Sud-Ouest sous contrat. Cet engouement pour une culture rentable (près de 10 000€/ha) va permettre d’atteindre les 100 tonnes de feuilles bio récoltées et séchées dans les 3 ans.

Aujourd’hui, avec une stratégie claire, Oviatis s’impose comme unique transformateur de la stévia bio 100 % française, en assurant une rémunération équitable sur toute la chaîne de valeur, en garantissant une traçabilité totale du champ à l’assiette, en sécurisant la qualité de la matière première, en certifiant un produit bio, de la production à la transformation ! « Proposer à tous les consom’acteurs une vraie alternative santé face à la surconsommation générale de sucre, c’est le pari que s’est lancé Oviatis il y a plus de 7 ans. Aujourd’hui, c’est un pari gagné ! », souligne Philippe Boutié.

Les surfaces cultivées ont augmenté sensiblement passant de 3 ha en 2018 à 15 ha en 2020

Actuellement, la gamme de produits grand public commercialisée par Oviatis est constituée d’une poudre sucrante et d’infusettes au goût atypique et surprenant. Sous la marque Biovia, la gamme va s’installer dans les magasins spécialisés, prochainement chez Biocoop. Sous la marque Orevia, ces produits arriveront dans la Grande Distribution prochainement. Mais ce sont les industriels de l’agroalimentaire qui constituent le marché principal d’Oviatis. La stévia est alors commercialisée sous forme d’infusion liquide concentrée et bientôt d’extrait pur. Tous les feux sont au vert pour la commercialisation sauf à ce qu’une réglementation européenne vienne mettre son grain de sable en interdisant au consommateur européen de bénéficier d’une infusion ou d’un extrait naturel et bio…

À propos de la stévia

Plante originaire d’Amérique du Sud, cette astéracée possède de multiples vertus. La principale est contenue dans ses feuilles avec des molécules naturelles au fort pouvoir sucrant : de 15 à 20 fois supérieur au sucre (à partir des feuilles séchées), ou 300 fois supérieur lorsqu’il provient d’une extraction des molécules sucrantes (le Rebaudioside A notamment). Il s’agit d’un produit sucré sans calorie, et qui présente un indice glycémique proche de zéro.