Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Le Parvis : scène et mécènes

Antre de la culture sous toutes ses formes, la Scène Nationale Tarbes Pyrénées peut compter sur les chefs d’entreprises du département qui la soutiennent à travers le club Bravo !

Le Parvis

La cellule de développement de Bravo ! : Sophie Puscian, administratrice et Rébecca Charrier, chargée du développement des publics, action territoriale. ©D.R

En 2003, la loi Aillagon sur le financement de la culture suscitait des interrogations. La Scène Nationale Tarbes Pyrénées y a vu une formidable opportunité et 20 ans après sa création, le club de mécènes Bravo ! marque toujours la relation privilégiée entre les entreprises du département et son fleuron culturel. Le lancement de la nouvelle saison a réuni ces dirigeants le 11 octobre dernier, à Ibos, l’occasion de présenter les nouveaux soutiens et de rappeler la philosophie d’une relation qui tient bien plus d’un mariage d’amour que de raison.  

Les nouveaux mécènes 

Tous les ans, Bravo ! rassemble entre 20 et 30 entreprises dont certaines sont présentes depuis le lancement du club comme la Fondation Crédit Agricole Pyrénées Gascogne ou Gallego. Une fidélité sans faille que découvriront en 2023 Tarmac Aérosave, le groupe La Poste ou encore le transporteur Barcos, les nouveaux venus. Des profils très différents à première vue mais dont les valeurs se recoupent. Car si le mécénat dépend des goûts personnels des dirigeants et est basé sur un don financier dont 60 % sont soumis à l’exonération fiscale, la démarche ne réside pas uniquement dans cet avantage selon Sophie Puscian, l’administratrice :  « Ce n’est pas la première motivation, c’est peut-être quelque chose en plus mais on voit surtout des entreprises citoyennes qui se disent que pour ses salariés, pour le territoire et pour la qualité de vie en général c’est important qu’il y ait une scène nationale dans le département. C’est ce qui les guide ».   

Le Parvis

Exit Above d’Anne Teresa de Keersmaeker, programmé les 22 et 23 mars 2024 © Anne Van Aerschot

Au cœur du Méridien 

De la petite association de ses débuts à la scène nationale qui célèbre le spectacle vivant, l’art contemporain et le cinéma d’Art & Essai, il aura fallu le regard d’un visionnaire, celui de son président-fondateur Marc Belit. Passionné de théâtre et persuadé que la culture devait être partagée au plus grand nombre, c’est au cœur du centre commercial le Méridien qu’il a imaginé le Parvis à Ibos. Alors que l’hypermarché Leclerc était en construction, son projet atypique de scène de spectacles a été intégré dans les hauteurs du site et depuis il n’a fait que gravir les sommets.  

Le mécénat vient conforter un budget qui s’élève à 4,2 millions d’euros et l’objectif du club Bravo ! est de réunir 50 sociétés en 2024  

Une synergie avec le territoire 

Depuis, le vœu pieu de Marc Belit se perpétue, à l’image du programme « hors les murs », le Parvis gère les salles de cinéma d’une douzaine de villages, organise des tournées départementales dans des lieux non-dédiés aux spectacles et a même mis en place un réseau de transports culturels pour le public des communes éloignées. Un désir de créer des passerelles entre le milieu culturel et l’ensemble du territoire dont le mécénat se fait l’écho : « En tant qu’acteur culturel, on veut être connecté à notre environnement. A travers les chefs d’entreprises, on considère qu’on le fait encore plus ». Le mécénat vient conforter un budget qui s’élève à 4,2 millions d’euros et l’objectif du club Bravo ! est de réunir 50 sociétés en 2024 : un nombre qui se veut un clin d’œil aux 50 ans du site. 

2024, l’année des 50 ans 

Cinq décennies qui ont vu les grands noms de la culture côtoyer les artistes audacieux, parfois déstabilisants ou osés séduire un public de plus en plus nombreux. Alors que son centre d’art contemporain est en passe d’être labellisé d’intérêt national, le Parvis s’apprête à célébrer son anniversaire : « Nous avons pris le parti d’une fête avec les artistes qui ont traversé cette aventure culturelle, ceux des débuts, Maxime Le Forestier, Lucinda Childs, Henri Texier mais également ceux avec lesquels nous avons cheminé, Anne Teresa Keersmaeker, Angelin Preljocaj, Baro d’Evel… », précise Frédéric Esquerré, directeur du Parvis. Référence qui rayonne sur les départements limitrophes et dont la programmation touche un bassin de 350 000 personnes, la scène nationale draine des spectateurs du Gers, des Pyrénées-Atlantiques et de la Haute-Garonne. De Pomme au Lac des cygnes, ils pourront encore une fois s’éblouir et vibrer, à l’instar de ses mécènes qui ont choisi d’en être les lumières de l’ombre, précieuses et indispensables. 

Le Parvis en chiffres 

Scène nationale, label attribué par le Ministère de la Culture (74 scène nationales en France) : 195 000 spectateurs en 2022 

Spectacle vivant : une salle de 750 places et une de 80 places, 200 représentations sur site et en itinérance  

Cinéma : 3 salles de cinéma art et essai, 11 écrans réseau départemental Ciné Parvis 65, 7 000 séances de cinéma 

Art contemporain : Centre d’art contemporain de 300m2, 4 expositions par an 

Impact économique : 29 salariés permanents, 30 salariés intermittents et vacataires, 300 artistes accueillis / 1200 nuitées par an. Achats entreprises locales : 650 000€TTC