Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Les agences d’intérim Au boulot se transforment en Scop

Au boulot, le réseau toulousain d’agences d’intérim, est devenu une Scop depuis le 1er janvier. Son fondateur a souhaité transmettre l’entreprise à ses salariés qui tiennent désormais les rênes de la société.

©DR

C’est une nouvelle aventure que démarrent les salariés de l’agence d’intérim Au boulot. Onze d’entre eux sont depuis le 1er janvier salariés sociétaires de l’entreprise, devenue Scop. « Le fondateur Bernard Petit nous a préparé à son départ il y a déjà deux ans », se souvient Sabine Roosli, désormais présidente d’Au boulot. « Il nous avait indiqué qu’il avait deux solutions : soit vendre Au boulot à un concurrent, soit nous proposer de reprendre l’entreprise en Scop. C’est le choix que 70 % des salariés ont fait ».

Monter en compétences

La Scop, qui compte 7 agences réparties entre l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, pourra toutefois continuer à compter sur son fondateur. « Bernard Petit va nous accompagner jusqu’à septembre 2024. Nous nous rencontrons régulièrement pour la passation des dossiers », explique Sabine Roosli. Pour assumer leurs nouvelles responsabilités, les quatre membres du nouveau comité de direction doivent en effet monter en compétences. « Nous étions jusqu’alors de simples salariés, aujourd’hui, on doit se répartir les tâches en termes de RH ou de finances par exemple », indique la présidente qui voit dans ce changement de structure juridique une occasion de redynamiser l’entreprise. « Nous apprenons à travailler en équipe et nous nous sentons tous plus investis car nous sommes directement intéressés par les résultats ».

L’entreprise travaille avec environ 1 000 sociétés clientes et gère environ 350 salariés intérimaires par semaine

Stabilité

En bonne santé financière, Au boulot a réalisé un chiffre d’affaires de 10,5 millions d’euros en 2023. L’entreprise travaille avec environ 1 000 sociétés clientes et gère environ 350 salariés intérimaires par semaine. « Pour 2024, nous visons un chiffre d’affaires assez stable, de l’ordre de 10,8 millions d’euros. Notre objectif cette année est surtout de prendre nos marques en tant que Scop et de maintenir le cap dans un contexte tendu », commente la dirigeante. « En Occitanie, l’emploi intérimaire est en recul (-4,1 % sur un an, N.D.L.R.) tandis que notre activité continue de progresser ». Et de conclure : « Le fait de maintenir notre identité malgré le départ de M. Petit est un atout, très bien perçu par nos clients ».