Couverture du journal du 25/05/2022 Consulter le journal

Nouvelle-Aquitaine, rebond des projets d’investissements

Après un ralentissement mondial des flux d’investissements en 2020, la Nouvelle-Aquitaine a retrouvé dès 2021 son niveau d'attractivité d'avant crise sanitaire. La région a même enregistré un chiffre record pour les investissements étrangers depuis 2018.

Nouvelle-Aquitaine, investissement entreprise

© Shutterstock

Les chiffres sont éloquents : 292 décisions d’investissement confirmées par des entreprises à capitaux étrangers ou des entreprises françaises exogènes, soit une augmentation de 43 % par rapport à 2020. Ces projets sont certes de plus petite taille puisque 46 % portent sur moins de 9 emplois, mais ils concernent les secteurs d’activité les plus impactés par la crise sanitaire : hôtellerie, tourisme et restauration ont retrouvé de l’élan grâce à des opérations de reprises bénéfiques pour le maintien des emplois. Autre élément à relever : les filières énergie, recyclage et santé, au cœur des priorités de la Région, restent en forte croissance depuis 2019 aussi bien en implantation de projets qu’en emplois créés.

UN POINT SUR LA MÉTHODE

Ces chiffres sont issus du recensement des investissements exogènes français et étrangers en Nouvelle-Aquitaine, réalisé par l’Agence de développement et d’innovation (ADI) de Nouvelle-Aquitaine. Cet exercice est réalisé sur la base de critères comparables d’une année et d’une région à l’autre : emplois créés et maintenus, annoncés à 3 ans par l’entreprise étrangère ou française, ayant son siège hors région, lors d’opérations de création de nouveau site, d’extension de site existant ou de reprise… Ce fin travail de collecte et de vérification des données est réalisé en étroite collaboration avec les agglomérations, chambres consulaires et agences locales, ainsi que Business France pour les investissements étrangers.

65 % DE NOUVEAUX SITES

Parmi les 292 décisions d’investissement, 65 % concernent de nouveaux sites créés par des entreprises à capitaux étrangers et des entreprises françaises dont le siège se situe hors région (+ 43 % vs 2020). Ces investissements engendrent 5 858 créations ou maintiens d’emplois (+ 28 % vs 2020). Les investissements étrangers représentent 40 % des décisions en 2021, pour 37 % des emplois créés et maintenus. La part des projets dans les activités stratégiques, production, R&D et centres de décision, reste similaire aux années précédentes (43 %). Une part grandissante des projets de réinvestissement sur des sites existants conforte la région (33 % des projets, soit + 9 pts vs 2020). Ces investissements bénéficient à l’ensemble des départements de Nouvelle-Aquitaine : tous ont bénéficié de leur multiplication. La Gironde et les Pyrénées-Atlantiques sont ceux qui ont reçu le plus d’investissements exogènes français ou étrangers.

Ces investissements bénéficient à l’ensemble des départements de Nouvelle-Aquitaine

INVESTISSEMENTS FRANÇAIS

Selon un bilan réalisé par ADI Nouvelle-Aquitaine, la région a recensé 176 investissements français en 2021 pour 3 682 emplois annoncés à trois ans. L’évolution positive du nombre de décisions d’investissements (+ 31 % vs 2020) est à pondérer par un retard sur la projection de créations d’emplois à 3 ans (+ 8 % vs 2020). L’Île-de-France concentre encore la grande majorité des implantations exogènes françaises en Nouvelle-Aquitaine, avec essentiellement des créations de nouveaux sites (70 %). La part des extensions de sites existants retrouve le niveau de 2019 (27 %), après une baisse en 2020. La tendance est aux plus petits projets passant d’une moyenne de 30 emplois chacun en 2019 à 20 emplois en 2021 (hors projets de reprise).

ILS RÉINVESTISSENT EN NOUVELLE-AQUITAINE

L’entreprise DRT, implantée historiquement dans les Landes depuis 1932, s’est dotée d’une nouvelle unité de production polyvalente d’ingrédients biosourcés sur son site de Castets. Cette usine, mise en service en janvier dernier, va assurer l’approvisionnement en Europe de divers produits finis et d’une large gamme de produits intermédiaires pour l’industrie. Elle offre des solutions plus rentables tout en réduisant son impact environnemental grâce à son implantation au cœur des marchés européens, ce qui limite le transport des matières premières et des produits finis. Ce projet a permis au site landais de remporter la compétition qui l’opposait à un projet envisagé en Inde : 30 emplois directs sont attendus.

Entreprise DRT , investissement

Entreprise DRT © D. R.

Le laboratoire allemand Merck, présent depuis 35 ans à Martillac, en Gironde, a engagé d’importants investissements pour intégrer la production commerciale au site de développement : de quoi confirmer son positionnement à l’échelle internationale dans le secteur CDMO (entreprises sous-traitante ou d’externalisation dans la fabrication de produits pharmaceutiques). Son expérience dans ce domaine l’a naturellement désigné comme leader dans cette diversification. Pour répondre à ces enjeux stratégiques, Merck Biodevelopment se dote d’un bâtiment de production commerciale et va intégrer plus de 150 nouveaux collaborateurs d’ici à fin 2023.

INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

Business France, en partenariat avec ADI Nouvelle-Aquitaine, a réalisé un bilan en harmonie avec la tendance nationale : il souligne un niveau record du nombre d’investissements étrangers. 116 sont comptabilisés en région, pour 2 176 emplois annoncés, soit une hausse de 66 % vs 2020 des décisions d’investissements étrangers. La Nouvelle-Aquitaine se maintient ainsi en 2021 à la 7e place du classement des régions d’accueil des investissements directs à l’étranger (IDE) en termes de nombre de projets. Ce sont les opérations d’extension (43 % des IDE en région) qui ont généré le plus d’emplois, avec 52 % du total des emplois étrangers.

Parmi les secteurs qui génèrent le plus d’emplois, celui de l’hôtellerie, tourisme, restauration (12 % des emplois), les prestations informatiques (9 %) ou encore les médicaments et biotechnologies (9 %). 24 pays ont investi en Nouvelle-Aquitaine en 2021, avec un même trio de tête qu’au niveau national : l’Allemagne et les États-Unis avec chacun 15 projets et 15 % des emplois étrangers, suivis par le Royaume-Uni avec 14 projets et 13 % des emplois. La Suisse se démarque à la 4e place avec 12 projets et 11 % des emplois.