Couverture du journal du 06/04/2024 Le nouveau magazine

Pau – Le futur visage des Rives du Gave

Le projet pour les Rives du Gave, ce site de plus de 35 hectares partiellement en friche entre Pau et Bizanos, connaît une avancée : un plan guide dévoilé le 9 février dessine les contours d’un nouveau quartier.

Rive de Gave

© Studio Chamss Arouise

Depuis le boulevard des Pyrénées, le panorama sur les montagnes est l’une des richesses de la capitale béarnaise. Mais si « Pau est la plus belle vue de terre » selon Lamartine, en baissant les yeux vers le Gave situé en contrebas, la réalité rattrape la poésie. Là, depuis plusieurs années, une friche industrielle s’étend sur quatre communes, entre la gare et le stade d’eaux vives. Une situation sur laquelle la Communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées (CAPBP) a décidé de se pencher, avec l’appui du studio d’architecture parisien Chamss Arouise. Après un an et demi de travail, le projet pour la revalorisation de ce site appelé à abriter le nouveau quartier Rives du Gave a été officiellement présenté. François Bayrou, le président de la CAPBP, annonce « un projet phare » qui s’étendra sur « 20 à 25 ans » et estimé à « 60 millions d’euros ».

Conserver le village artisan

« C’est un nouveau chapitre du développement de la ville », s’est réjoui l’élu, après avoir évoqué la nécessité de « s’attaquer aux friches industrielles » dans le cadre de la réglementation de zéro artificialisation nette (ZAN). À ses côtés, l’architecte Chamss Arouise a détaillé le plan guide de ce projet voulu « cohérent » dans sa globalité et liant trois secteurs. Concernant le premier d’entre eux, autour de la gare, « la réflexion sur la notion du village et de l’artisanat sera déterminante », dans la lignée de ce que porte actuellement La Forge Moderne qui sera « mise en valeur ».

Pau rive de Gave

© Cyril Garrabos – La Vie Economique

Logements, bureaux et espaces de vie

Sur le secteur Dehousse, où se trouvent 4 halles industrielles à l’abandon qui seront réhabilitées, des espaces de vie ainsi que des habitations et constructions à usage mixte inspirées des clouques, ces maisons béarnaises aux toits pentus, émailleront ce lieu de vie. « Aujourd’hui, on constate que beaucoup de quartiers se spécialisent. Je le regrette », s’est épanché le maire de Pau. « Avec ce projet, nous allons insister sur la mixité des usages et la capacité à passer d’un commerce à des bureaux ou à des appartements. C’est un retour à la générosité de l’architecture du XVIIe siècle ».

Ce projet s’étendra sur « 20 à 25 ans » et nécessitera « environ 60 millions d’euros

2 205 arbres plantés

Enfin, l’ambition pour le troisième secteur, qui englobe les rives du Gave, sera de valoriser ce patrimoine naturel selon Chamss Arouise : « Il est primordial que la population ne tourne plus le dos au Gave et redécouvre également les berges de l’Ousse. En ce sens, nous allons réaliser une vraie promenade depuis la gare jusqu’au stade d’eaux vives et créer une sorte de boucle ». La création d’entités paysagères comme celle-ci est par ailleurs l’un des socles de ce projet : « Avant même la construction, il faut préfigurer avec le paysage : 2 205 arbres vont être d’abord plantés ».

C’est un nouveau chapitre du développement de la ville

La Porte des Pyrénées

Si la végétalisation sera privilégiée, la mobilité douce également, les deux étant liées. « Nous souhaitons que le paysage soit toujours intrinsèque à la mobilité », remarque ainsi l’architecte. Pour exemple, les places de stationnement ne seront pas visibles mais situées en étage dans les bâtiments, les transports en commun seront privilégiés et une grande esplanade a été imaginée comme « un support de circulation de tous types » qui reliera Pau à Bizanos. Une voie « perpendiculaire » aux montagnes, de plus de 3 hectares, officieusement baptisée par Chamss Arouise d’un nom évocateur : « la Porte des Pyrénées ».

Pau rive de Gave

© Studio Chamss Arouise

Les habitants consultés

Pour l’heure, aucun calendrier n’a été avancé sur ce projet. La prochaine étape concrète sera l’organisation dans les prochains mois d’une concertation destinée à recueillir les avis des habitants de l’agglomération.