Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Pyrénéance : Cap vers la montée en gamme

L’agence de séjours sur-mesure située à Bagnères-de-Bigorre vient de finaliser avec succès l’ouverture de son capital et s’apprête à se développer grâce à l’arrivée de nouveaux fonds mais aussi d’actionnaires tels que Mathieu Crepel, le snowboarder ou encore Sébastien Répeto.

Pyrénéance

Des activités à la carte, encadrées par des pros © Pyrénéance

En prenant la tête de Pyrénéance en 2019, Jean-Baptiste Coffin avait déjà un sublime outil entre les mains. Fondée par deux accompagnateurs de montagne en 1994, l’agence travaillait historiquement avec les scolaires et était réputée pour ses sorties nature à la journée. Avec une renommée aussi solide qu’un catalogue d’activités variées, cet incontournable bureau de la montagne ne pouvait que séduire le jeune homme issu du marketing et passionné de sports de glisse. Si très rapidement il en a renouvelé l’offre en organisant des séjours sur-mesure, son développement n’était qu’une question de temps. Avec l’ouverture du capital celui-ci est venu et l’opération, finalisée en décembre, a tout d’une réussite.

UN CAPITAL VALORISE A 320 000 €

Axé sur une montée en gamme, des nouveaux modèles de séjours et un rayonnement élargi, le projet porté par Jean-Baptiste Coffin a été présenté aux actionnaires, aux banques mais aussi à la Région Occitanie qui l’ont tous suivi : « L’agence a été valorisée à 320 000 € et le capital social a été ouvert à 35 % avec l’arrivée de trois investisseurs privés. En complément, j’ai eu 118 000 € de subvention de la Région et 90 000 € de concours bancaire ». Une levée de fonds qui répond à deux objectifs : transformer Pyrénéance en une marque forte et incontournable sur le marché réceptif du massif Pyrénéen mais aussi développer des solutions logistiques d’hébergement dans les différentes vallées.

Le snowboarder Mathieu Crépel a investi à 10 %

S’il reste actionnaire majoritaire à 65 %, le dirigeant peut désormais s’appuyer sur des nouveaux partenaires et pas des moindres : Mathieu Crépel, le snowboardeur à la carrière incroyable, qui a investi à 10 % mais aussi Sébastien Repéto le créateur et développeur de My Destination. Des noms illustres et des expériences professionnelles de poids dont Jean-Baptiste Coffin se réjouit : « Mathieu Crépel est un personnage singulier, au-delà d’être champion du monde et d’avoir gagné des compétions iconiques, il apporte beaucoup en termes de réflexion et de réseau. Sébastien Répeto est spécialisé dans l’accompagnement des destinations touristiques dans leur stratégie réseaux sociaux. Il est très pertinent ». Une équipe de talents complémentaires, rejoints par un troisième associé qui souhaite rester anonyme mais dont la une valeur ajoutée est loin de n’être que financière : « Il est ingénieur et diplômé d’une école de commerce, ce double cursus amène une vue d’ensemble sur l’aspect financier et gestion qui a du sens ».

DES SEJOURS IMMERSIFS INOUBLIABLES

Le siège social demeure à Bagnères-de-Bigorre mais le terrain d’action s’est véritablement élargi allant du Pic du Midi jusqu’à la Vallée d’Ossau, en s’échappant vers l’Espagne si le temps le nécessite. Point fort de Pyrénéance, les séjours immersifs sont pensés pour les urbains actifs qui recherchent plus qu’une simple randonnée, une aventure exceptionnelle… aux aspects confortables : « Quand on fait un bivouac, la tente est déjà montée, les bières sont au frais, il ne reste qu’à allumer le feu et savourer. On enlève tous les inconvénients et c’est notre valeur ajoutée ». La formule marche, avec la chaîne des Pyrénées en toile de fond et ses panoramas spectaculaires, le dépaysement se mêle au plaisir et les expériences deviennent inoubliables.

Pyrénéance

Jean-Baptiste Coffin, directeur général de Pyrénéance © Pyrénéance

UNE CLIENTELE D’URBAINS ACTIFS

Encadrées par des professionnels de la montagne, à savoir un noyau dur de 20 accompagnateurs ultra-confirmés et une quarantaine de prestataires suivant les besoins, les escapades sur-mesure connaissent un réel engouement. Pyrénéance entend développer l’offre aux entreprises en organisant des séminaires et des séjours immersifs, continuer avec les particuliers et les groupes tout en poursuivant le travail avec les collectivités pour tout ce qui relève les classes vertes et de neige : « C’est vraiment l’activité de cœur, ce n’est pas ce qui va développer l’agence, c’est compliqué de faire de belles marges dessus mais amener des gamins en montagne, ça nous tient vraiment à cœur. Les sourires et les dessins qu’ils nous envoient après leurs séjours, c’est génial et super gratifiant » confie le dirigeant.

Pyrénéance

© Pyrénéance

LE MILLION D’€ D’ICI 5 ANS

Lorsqu’il a racheté l’agence, le chiffre d’affaires s’élevait à 200 000 €, malmené par la pandémie il est tombé à 120 000 € : « Et il était basé uniquement sur les nouveaux produits et une nouvelle clientèle, c’était encourageant pour la suite » précise Jean-Baptiste Coffin. Suite qui ne l’aura pas fait mentir, pour le dernier exercice le volume historique est dépassé avec un CA de 240 000 €. Une dynamique qui permet de nouveaux objectifs : « On vise les 400 000 € pour 2023 et le million d’euros dans 5 ans avec 3 000 visiteurs ». Pour les atteindre, la maîtrise de l’hébergement apparait comme un point central. Avec déjà deux camps de base en cours, un en travaux à Bagnères-de-Bigorre et un autre en Vallée d’Ossau, les sites devraient se multiplier dans l’avenir. Maîtriser de A à Z le parcours clients est une langue que manie visiblement bien Jean-Baptiste Coffin, prêt à relever tous les défis qu’il s’est fixé et en pro de l’accompagnement, il a su s’entourer pour le faire.