Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Toulouse : la Halle des mobilités en grand

Présenté le 21 mars par la Région Occitanie et Toulouse Métropole, le projet de construction du pôle d’échanges multimodal de la gare Matabiau est attribué au groupement BIG et A+. La future « Halle des mobilités », évaluée à 65 millions d’euros, devrait être inaugurée en 2028.

© Bjarke Ingels Group

S’ils ne sont « que » 50 000 à passer chaque jour par la gare Matabiau aujourd’hui, près de 150 000 voyageurs devraient transiter quotidiennement par la gare de Toulouse dans 8 ans. Car avec la construction de la ligne C du métro (en plus de la ligne A passant déjà par la station « Marengo SNCF ») et de la liaison vers l’aéroport de Toulouse-Blagnac à l’horizon 2028, « le quartier de la gare Matabiau sera le mieux desservi de Toulouse », affirme le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc.

Pour fluidifier le trafic et faciliter le développement des mobilités douces, la Région Occitanie et Toulouse Métropole ont décidé de construire à la gare Matabiau un nouveau pôle d’échanges multimodal. Le projet architectural (proposé par le consortium de l’agence danoise BIG et du cabinet d’architecture montpelliérain A+ Architecture) a été dévoilé le 21 mars. 65 millions d’euros vont être investis (94 % par la Région et 6 % par Toulouse Métropole) pour une livraison prévue en 2028.

Faciliter l’accès aux mobilités alternatives

La Halle des mobilités – c’est le nom du futur pôle d’échanges multimodal – sera implantée à l’arrière de la gare, entre les voies ferrées et la grande arche de la médiathèque José Cabanis. « La Tour d’argent (immeuble de neuf étages bâti dans les années soixante-dix, NDLR) va être détruite », précise Jean-Luc Moudenc. Ce nouveau bâtiment devra connecter l’environnement ferroviaire, les lignes de métro A et C, la station de bus Marengo, une nouvelle vélostation de 1 000 places propriété de Toulouse Métropole, l’ensemble des aménagements urbains déployés sur l’espace public ainsi que les ouvrages de stationnement du secteur. Si l’entrée principale de la gare – dont la version rénovée a été dévoilée en septembre dernier – est maintenue, Carole Delga souhaite faire de la nouvelle halle l’accès principal aux divers moyens de transport. Et pour ce faire, les commanditaires ont voulu « un geste architectural fort », déclare la présidente de Région.

Le projet lauréat est présenté au public, jusqu’au 27 avril, dans une exposition visible au 24 rue Croix-Baragnon à Toulouse

Une architecture inspirée du Concorde et des briques roses

Ainsi, les lauréats se sont inspirés de l’histoire de Toulouse pour concevoir le bâtiment en combinant la signature aéronautique de la métropole avec les fameuses briques roses toulousaines. L’édifice, qui aura une hauteur allant de 15 mètres d’un côté, à 35 mètres côté opposé, aura une forme inspirée du Concorde, recouvert de panneaux photovoltaïques, non pas noirs comme on les voit traditionnellement, mais dans un ton rose brique. « Les innovations technologiques permettent désormais de choisir la couleur des panneaux », précise Jaköb Sand du cabinet BIG. « Le bâtiment sera conçu en béton bas carbone et les eaux pluviales seront récupérées pour arroser le jardin situé autour de la Halle », précise-t-il. Dans une logique d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, le projet vise les plus hautes certifications environnementales.

© Bjarke Ingels Group

© Bjarke Ingels Group

6 000 m2 de bureaux pour la Région

Au-delà de la Halle de 4 400 m2 qui accueillera commerces et services, le bâtiment comprendra 6 360 m2 de bureaux répartis sur 7 niveaux et, au niveau du parvis, un espace public : la Maison du Climat. Propriété de la Région, le bâtiment accueillera dans ces nouveaux bureaux la direction des transports de la Région, « actuellement installée du côté de Compans-Cafarelli », précise-t-on chez Europolia (la SEM d’aménagement de Toulouse Métropole). Fruit d’un concours international d’architecture qui a reçu 59 candidatures, le projet lauréat est présenté au public, jusqu’au 27 avril, dans une exposition visible à la Galerie 24, au 24 rue Croix-Baragnon à Toulouse.

La mue d’un quartier

La Halle des mobilités s’inscrit dans le cadre d’« un projet plus vaste de recomposition du quartier Matabiau sur 135 ha », rappelle le président de Toulouse Métropole. « Ce quartier n’avait pas été traité jusqu’à présent comme il le méritait », estime Jean-Luc Moudenc qui précise que la métropole a engagé 94 millions d’euros pour réaménager cette partie de Toulouse. Dans sa nouvelle version, le quartier, désormais appelé Grand Matabiau-Quai d’Oc, comprendra notamment 4 ha de parc, 3 000 logements, 200 000 m2 de bureaux dont un quart dédié au futur Campus du numérique, et – si la bataille judiciaire le permet – la fameuse Tour Occitanie de 150 mètres de haut.