Couverture du journal du 22/06/2022 Consulter le journal

Les Trois Domaines : coopérative historique de l’Agenais

Le 10 décembre dernier, la société coopérative agricole Les Trois Domaines, basée au MIN d’Agen, organisait sa 60e assemblée générale. Le groupement arboricole de l’Agenais est devenu une coopérative ambitieuse et à la pointe. Rencontre avec le directeur, Laurent de Vaujany.

Les Trois Domaines

Les Trois Domaines © D. R.

La Vie Economique : Comment s’est créée la coopérative Les Trois Domaines et à quels besoins répondait-elle alors ?

Laurent de Vaujany : « Les Trois Domaines Union Fruitière est une coopérative agricole spécialisée dans l’emballage et le conditionnement de fruits. Elle est née de la volonté de trois domaines de se rapprocher : l’Oustet de Monsieur Leroy, Saint-Jean de Thurac avec Monsieur de Gauljac et Beauregard avec Monsieur Dionis du Séjour. En 1960, ils fondent le premier groupement arboricole agenais. »

La pandémie et les problèmes de fret compliquent énormément nos métiers

LVE : Quels sont les chiffres clés de votre union fruitière ?

L. d. V. : « El l e représente aujourd’hui 34 sociétés adhérentes avec des productions de pommes, de kiwis et de prunes. La pomme est dominante avec 450 hectares (345 en conventionnel et 105 en bio. Nous avons 67 hectares de kiwis et 19 hectares de prunes sur les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. Notre chiffre d’affaires s’élève à 20 millions d’euros, 65 % de notre production est destinée à l’exportation (Grande-Bretagne, Europe, Asie, Océanie, Moyen Orient, Afrique et Amériques). Nous représentons 78 employés en équivalent temps plein et 300 personnes travaillent dans les vergers. »

LVE : Quel regard portez-vous sur 2021 pour Les Trois Domaines et de manière plus large sur l’arboriculture française au cœur d’un marché concurrentiel ?

L. d. V. : « La production a été en hausse sur 2021 sur nos trois espèces. Nous disposons de beaux vergers dont 97 % sont classés en Haute Valeur Environnementale (HVE). Nous travaillons avec des variétés qui plaisent (Pink, Chantecler) et une production bio qui se développe. Les enjeux sont multiples et, pour le bio qui est en pleine extension, nous devons consolider et trouver de nouveaux marchés. Nous avons la chance d’avoir un service technique performant du groupe Blue Whale*. Nous avons à ce jour une nouvelle variété Candine, résistante à la tavelure, qui est la fille de Fuji et Ariane, deux pommes extrêmement goûteuses. Cette variété va nous permettre d’élargir les débouchés en exportant vers de nouvelles destinations lointaines. Dans un cadre général, la pandémie et les problèmes de fret (disponibilité de containers ou de bateaux) compliquent énormément nos métiers. Le gros manque de main d’œuvre en culture comme en station est un autre souci. La pression phytosanitaire va, quant à elle, nous forcer à imaginer le verger de demain. »

La coopérative va prendre possession de plus de 15 000 m2 réfrigérés sur la zone industrielle de Bon-Encontre

LVE : Outre la qualité des produits, à quoi attribuez-vous cette montée en puissance ?

L. d. V. : « En 2020, pour gagner en compétitivité, nous avons revu l’industrialisation de notre site sur le MIN (Marché d’intérêt National) d’Agen. Nous sommes désormais équipés d’un robot qui emballe les fruits. Cet investissement a boosté notre productivité. Nous devons constamment anticiper pour atteindre des objectifs solides. Mon Conseil d’Administration et moi-même avons beaucoup travaillé pour poser les choses : « Qui sommes-nous et qui voulons-nous être demain ? ». Pour cela, nous avons fixé un cap avec quatre objectifs : garantir une meilleure rémunération à nos producteurs, les accompagner dans leurs démarches, maintenir un esprit d’entreprise à échelle humaine en confiance et consolider nos tonnages en pommes et kiwis. Notre plan stratégique qui en découle est clair pour tous, salariés comme producteurs. »

Les Trois Domaines

Les Trois Domaines © D. R.

LVE : Comment appréhendez-vous l’avenir ?

L. d. V. : « Nous entendons prendre une autre dimension avec le kiwi. La coopérative va prendre possession de plus de 15 000 m2 réfrigérés sur la zone industrielle Jean-Malèze à Bon-Encontre. Cet équipement industriel de grande taille sera le support d’une nouvelle étape pour l’UDC Kiwis du Sud que nous avons créée avec notre partenaire Les Vergers du Sud. À ce jour, nous avons 110 hectares et nous sommes dans un programme de développement interne et externe avec un accompagnement financier à hauteur de 72 % du besoin. Pour l’avenir, nous avons cette année six nouvelles adhésions avec des projets viables que ce soit en pommes ou en kiwis. Notre volonté est de croître prudemment en conservant notre identité, un outil au service du monde agricole ! C’est une nouvelle étape pour Les Trois Domaines ! »

*Groupement de fruiticulteurs constitué en 1950, Blue Whale compte aujourd’hui près de 300 fruiticulteurs implantés dans les plus beaux bassins fruitiers de France : Sud-Ouest, Val de Loire, Sud-Est et Alpes. Blue Whale s’affirme comme le grand spécialiste des pommes en France et propose une gamme Bio