Couverture du journal du 21/07/2021 Consulter le journal

Ultra Premium Direct : Le « boom » des croquettes

Ultra Premium Direct a su, en six ans, se positionner dans un marché dominé par de très grands acteurs mondiaux, celui de la nourriture pour chiens et chats. Aujourd’hui, l’entreprise lot-et-garonnaise enregistre une croissance annuelle moyenne de 60 % et a conquis plus de 200 000 maîtres de chiens et chats. Matthieu Wincker, fondateur d’Ultra Premium Direct, nous explique ce pari fou.

Ultra Premium Direct

Matthieu WINCKER, fondateur d’Ultra Premium Direct © D. R.

La Vie Économique : Pourriez-vous revenir sur ce « pari » fou de la création à Estillac en Lot-et-Garonne de votre entreprise Ultra Premium Direct devenue aujourd’hui une actrice majeure de la nourriture pour chiens et chats ?

Matthieu WINCKER : « Nous avons fondé Ultra Premium Direct en 2014 en développant un concept qui n’existait pas en Europe : les croquettes pour chiens et chats fabriquées sans céréales ou à faible teneur en céréales, vendues en direct depuis l’usine de production. L’inspiration pour lancer notre entreprise est venue de notre histoire avec notre chienne Neva qui était malade. Nous avons réussi à soigner ses troubles grâce à une alimentation différente, faible en céréales et riche en protéines animales. C’est ce nouveau régime alimentaire qui a permis de la soigner et qui nous a convaincus de l’importance d’une alimentation adaptée et de haute qualité pour nos compagnons à 4 pattes. »

 

LVE : Quel est votre secret de cette réussite ?

M. W. : « Nous avons su maintenir un haut degré d’exigence dans la qualité de nos produits, tout en fidélisant nos clients, avec notamment notre formule d’abonnement qui a séduit 45 000 propriétaires de chats et de Nous produisons de la bonne qualité à des prix compétitifs et en supprimant les intermédiaires, ce qui nous permet d’être 40 % moins cher que si nous étions distribués en magasin. De plus, nous avons su tirer profit de l’essor du marché du pet food sur Internet qui croît de 15 % à 20 % par an. Notre chiffre d’affaires a été de 1,5 million d’euros lors de notre première année d’activité. En 2020, nous avons réalisé 20,7 millions d’euros. »

Nous produisons de la bonne qualité à des prix compétitifs et en supprimant les intermédiaires

LVE : Quelles sont les spécificités de votre marque qui expliquent sa croissance année après année ? Quel est le profil de votre clientèle ?

M. W. : « Aujourd’hui Ultra Premium Direct est l’unique société française pet food qui vend exclusivement en direct usine à ses clients. De plus, nous sommes une des rares sociétés à proposer des recettes fabriquées sans céréales, qui respectent au mieux le régime alimentaire naturel des chiens et des chats. Enfin, nous avons été les premiers à lancer une formule d’abonnement pet food « direct to consumer » en Europe. Notre clientèle est composée de « parents » de chats et de chiens, qui cherchent une alimentation de qualité à un prix accessible avec un conseil personnalisé et de qualité. »

 

© D. R.

LVE : Ultra Premium Direct fait partie des start-up lauréates de la promotion 2021 du French Tech Next 40/120. Qu’attendez-vous de ce programme d’accompagnement ?

M. W. : « Intégrer ce programme est pour nous une vraie satisfaction ! Nous sommes ravis de voir notre travail récompensé, et également ravis que le secteur du pet food soit représenté dans cette promotion 2021 du French Tech 120. Nous avons hâte que le programme débute ! Ce programme doit nous aider à lever certains freins à notre croissance (financement, administratif…) et nous aider dans notre développement international. »

Nous recrutons 35 nouveaux collaborateurs dans nos bureaux à Bordeaux et à Agen

LVE : Comment avez-vous vécu la crise ? Quelles conclusions en avez-vous tirées ? Comment a évolué le marché du petfood en ligne dans ce contexte ?

M. W. : « La crise sanitaire liée au Covid-19 a surtout bénéficié aux revendeurs multimarques en ligne, pour lesquels les clients ont déserté les magasins traditionnels pour commander leur marque habituelle chez eux. De notre côté, à part un effet de stockage « panique » à la mi-mars, nous avons poursuivi notre trajectoire de croissance prévue. La difficulté a surtout été dans la gestion des nombreuses absences de personnel à la mi-mars. Nous avons pu compter sur une grande partie de nos équipes qui a su répondre présent. Tout le monde a contribué à maintenir le service à nos clients. J’en retiens personnellement que dans une aventure entrepreneuriale, l’humain est au centre de tout : on ne réussit pas sans une équipe motivée ! »

 

LVE : Quels sont vos projets pour les années à venir ?

M. W. : « Pour cette année 2021, nous visons un chiffre d’affaires de 33,5 millions d’euros. Pour accompagner cette croissance, nous recrutons 35 nouveaux collaborateurs dans nos bureaux à Bordeaux et Agen et dans notre usine. À ce propos, nous engageons actuellement des travaux d’agrandissement de notre usine à Agen afin de répondre à nos objectifs de forte croissance. »