Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Biarritz – Izicrédit digitalise le crédit immobilier

Mise en ligne en janvier dernier, Izicrédit est une plateforme permettant un contact direct entre emprunteurs et banques. Installé à Biarritz, Aymeric de Tapol, l’un des deux fondateurs, en explique le principe et les ambitions.

izicrédit

Aymeric de Tapol ©Izicrédit

« Nous nous sommes dit qu’il manquait une solution pour trouver un crédit immobilier en France : une plateforme où les emprunteurs puissent déposer une demande de financement à laquelle toutes les banques ont accès pour répondre par une proposition » résume Aymeric de Tapol. Associé à Adrien Hintzy, ils ont créé la société Izicrédit en septembre 2021 puis se sont installés à Biarritz. Les deux amis se sont rencontrés sur les bancs de la fac de droit, Aymeric de Tapol est devenu avocat tandis qu’Adrien Hintzy a choisi une école de commerce pour une carrière dans des groupes de BTP. Ayant chacun des attaches familiales au Pays basque, les deux associés ont basé la société Izicrédit au Connecteur de Biarritz, le bâtiment du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne dédié aux entreprises innovantes.

« Izicrédit réunit l’offre et la demande pour une vraie mise en concurrence »

450 particuliers déjà inscrits

La plate-forme Izicrédit a été développée tout au long de l’année 2022. Une levée de fonds de 500 000 euros a permis sa conception mais aussi le recrutement de l’équipe composée aujourd’hui de sept salariés. La plate-forme Izicrédit est opérationnelle en mode SaaS depuis le mois de janvier et 450 particuliers en recherche de crédit s’y sont inscrits gratuitement. Il leur a suffi de créer leur dossier sur un espace sécurisé. Leurs demandes de crédit sont ensuite analysées par les technologies Know your customer permettant d’identifier chaque client et par Open Banking, une procédure de partage de données financières et de justificatifs. Izicrédit garantit ainsi la fiabilité des informations transmises aux banques. Celles-ci peuvent alors choisir de répondre aux demandes de crédits déposées sur la plate-forme dans le respect des mesures imposées par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF).

Rémunération par forfait et abonnement

D’après Aymeric de Tapol, il n’y a pas de solution équivalente en France. Alors que le courtage traditionnel, en agence ou par digital, impose l’intervention d’un intermédiaire qui in fine présente le dossier aux banques de son choix, Izicrédit réunit l’offre et la demande et permet une vraie mise en concurrence. Positionnée comme un intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP), la société Izicrédit se rémunère via un forfait sur honoraire de 500 euros auprès des emprunteurs s’ils obtiennent leur crédit. Les banques souscrivent à un abonnement pour accéder aux dossiers déposés par les particuliers.

Un marché du crédit immobilier actuellement en difficulté mais une recherche digitalisée de crédit qui a doublé

Le Crédit Agricole convaincu

« Notre objectif est de réunir une dizaine de banques par région qu’elles soient régionales ou nationales. Avec déjà avec 4 ou 5 banques nous disposons d’une vraie mise en concurrence. Nous sommes assez proches du Crédit Agricole et nous signons avec d’autres banques » assure Aymeric de Tapol. Pour convaincre les banques d’adhérer à Izicrédit, les arguments sont leur réduction par trois du coût d’acquisition client et l’accès à des dossiers qualifiés d’emprunteurs en recherche de crédit immobilier. Dans un contexte de dématérialisation des opérations bancaires et de transformation digitale de ce secteur, les banques traditionnelles ou les banques en ligne seront attentives aux ambitions d’Izicrédit.  « L’objectif d’ici 5 ans est de représenter 10% du marché du courtage en ligne » prévient Aymeric de Tapol.

Un montant moyen de 200 000 euros

Dans un contexte national difficile pour le marché du crédit immobilier, Aymeric de Tapol est plutôt satisfait des 450 inscrits de la plateforme. « Nous nous attendions à des clients plutôt jeunes, urbains, cadres, adeptes du digital et finalement, en plus de cette typologie, nous avons une population beaucoup plus hétéroclite avec des seniors » décrit-il. Les demandes de crédit déposées concernent le plus souvent une résidence principale ou un investissement locatif avec un montant moyen de 200 000 euros recherchés. « Nous anticipons une reprise du marché du crédit au second semestre » prévoit Aymeric de Tapol. Pour la fin de l’année ses objectifs sont une seconde levée de fonds, l’acquisition de clients, le recrutement de collaborateurs et renforcement de son marketing sur le marché de la recherche digitalisée de crédit qui a doublé en trois ans.