Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Buralistes, se transformer pour faire un tabac

La CCI de Tarbes et Hautes-Pyrénées et la Confédération des buralistes renouvellent leur convention pour le fonds de transformation des points de vente. Un dispositif qui va concerner cette fois 30 buralistes du département.

buraliste

Tabac/Presse de la Marne à Tarbes © Lilian Cazabet - La Vie Economique

De toutes les campagnes antitabac, la plus efficace a été la flambée du prix du paquet… du moins pour les buralistes qui ont vu leur chiffre d’affaires partir en fumée. Avec 12 millions de Français qui avouent fumer plus ou moins régulièrement, le nombre d’adeptes demeure stable mais beaucoup préfèrent franchir la frontière que le seuil des commerces de leur rue. Ces derniers subissent de plein fouet la concurrence déloyale des pays voisins et, dans les Hautes-Pyrénées, l’Espagne est devenue l’Eldorado de la volute. Les chiffres avancés par Thierry Arnaudin, président départemental et régional de la Confédération des buralistes, le démontrent sans appel : « On est confrontés à un gros marché parallèle qui s’élève à 40 % dans le 65. Il y a encore quelques jours les services des douanes ont fait des saisies sur des sites qui font également de la contrefaçon de cigarettes ».

Augmentations et marché parallèle

Un marché parallèle dont Christelle Tressens subit les incidences, la dirigeante du Tabac de la Marne avoue même que « depuis septembre, c’est une catastrophe » : « En juillet et août, avec les touristes cela s’est moins senti mais la rentrée a été dure. On craint déjà les effets de l’augmentation prévue pour janvier ». Avec un paquet prévu à 13 euros en 2026, le début de l’année signe en effet une nouvelle hausse de 40 à 50 centimes suivant les marques. La commerçante n’est pourtant pas de celles qui se démoralisent et a su anticiper cette crise de la cartouche qui semble suivre le cours de l’or. Sa vitrine en est le meilleur exemple, avec des bijoux, de jolies pièces de maroquinerie et des jeux, elle relève plus d’un magasin de cadeaux que d’un débit de tabac. À l’instar de ses confrères, se diversifier est devenu la norme pour la Tarbaise : « Je vends également des cigarettes électroniques, du CBD et beaucoup de timbres, avec la disparition du bureau de poste du quartier on a pris le relais ».

buraliste

© HH

Devenir le drugstore du quotidien

Des nouveaux produits qui ont nécessité un nouvel agencement et si ce bureau de tabac historique du Marcadieu ne date pas d’hier, il est flambant neuf : clair, porté par des couleurs pastel. Un changement total suite à sa reprise en 2017 : « J’ai tout rénové et en changeant toute la disposition, j’ai un magasin qui correspond à ce que je voulais et ce dont j’avais besoin ». Dans cette évolution totale, Christelle Tressens a été soutenue par le fonds de transformation, une aide financière qui prend en charge 30 % des dépenses. Lancée en 2018, l’opération avait pour objectif d’aider les buralistes à moderniser leurs points de vente : « Le fonds de transformation a été négocié et conçu pour que le réseau s’adapte à la situation du marché du tabac mais également pour répondre également aux nouveaux usages et attentes des consommateurs, souligne François-Xavier Brunet, président de la CCI Tarbes et Hautes-Pyrénées. Le but est de rendre les buralistes moins dépendants de leur activité traditionnelle et de transformer leur commerce en drugstore du quotidien ».

16 buralistes aidés

Dans cette rénovation de l’outil de travail, la chambre consulaire a joué un rôle de partenaire via la convention signée entre CCI France et la Confédération des buralistes, c’est elle qui a été en charge des audits. Fin 2022, la déclinaison locale du dispositif a permis d’accompagner 16 entreprises des Hautes-Pyrénées dans leur projet de transformation : « En moyenne chaque point de vente a reçu 20 500 euros, à savoir que l’État donne jusqu’à 33 000 euros », précise Thierry Arnaudin. Des relookings aux effets indéniables et mesurables puisque 78 % des commerces qui en ont bénéficié ont augmenté de rythme de fréquentation mais aussi le panier moyen pour 87 % d’entre eux : « On voit bien l’amélioration et 92 % ont capté de nouveaux clients, ajoute le président de la Confédération des buralistes. Dans le département, presque tous ont également, au minimum, embauché un salarié ». Une réussite qui se répercute au niveau national et qui a induit en juin dernier le lancement d’un nouveau programme d’accompagnement de 2023 à 2027.

Le but est de rendre les buralistes moins dépendants de leur activité traditionnelle

Transformer 30 tabacs

Thierry Arnaudin et François-Xavier Brunet ont donc signé une nouvelle convention, fin novembre, avec cette fois un nombre de bénéficiaires doublé : « On espère partir sur une base de 30 points de vente à transformer dans les Hautes-Pyrénées. C’est important de développer de meilleures activités, surtout en ruralité où ils peuvent apporter du plus dans la qualité de vie ». Le président de la CCI se réjouit de cette nouvelle collaboration qui devrait booster des commerces devenus d’utilité locale : « Le but était de les aider à rendre les points de vente plus performants et pour cela il s’agit d’améliorer l’esthétique du magasin, à l’intérieur mais aussi à l’extérieur, d’optimiser le parcours client, de développer de nouveaux services et produits ». Pour les 86 bureaux de tabac du département, se réinventer est une nécessité et ils sont bien décidés à ne pas rester accrochés à la cigarette qui les condamnerait.