Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

EcoPulse, un laboratoire volant

Le démonstrateur d’avion EcoPulse a officiellement été présenté lors des Green Aero Days, ces 6 et 7 décembre à Pau. Développé conjointement par Daher, Safran et Airbus, ce projet se veut « majeur dans la décarbonation de l’aviation ».

Ecopulse

© E. L-T / La Vie Economique du Sud-Ouest

Ce mercredi 6 décembre, au lendemain de son premier essai en vol au départ de l’aéroport de Tarbes, EcoPulse avait pris ses quartiers quelques kilomètres plus à l’ouest, en terre béarnaise. Exposé sur le tarmac de l’aéroport de Pau à l’occasion des Green Aero Days, manifestation à l’initiative d’Aerospace Valley réunissant les acteurs de l’aviation légère décarbonée durant deux jours, ce démonstrateur d’avion à propulsion hybride-électrique n’aurait pu trouver meilleur moment pour être présenté. Symbole d’une aviation plus vertueuse, EcoPulse est non seulement la concrétisation de plusieurs étapes techniques et technologiques mais également d’un travail collaboratif inédit mené par trois entités fortement implantées dans le Sud-Ouest : Daher, Safran et Airbus.

© Daher

Un exemple de coopération

« Une coopération au service de la décarbonation » : les termes utilisés par Cédric Goubet, président de Safran Helicopter Engines situé à Bordes, résument la nouvelle dynamique empruntée par les trois industriels. « C’est une collaboration qui nous permet d’augmenter notre puissance de frappe », estime Karim Mokaddem, chez Airbus. Même son de cloche pour Christophe Robin, pour Daher qui guide ce projet financé pour moitié et à parts égales par les parties prenantes, avec le soutien du Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile (CORAC) et cofinancé par la Direction Générale de l’Aviation Civile : « Si nous sommes, en tant que leader, en charge de l’intégration du système et que les vols sont sous notre responsabilité, nous nous sommes appuyés sur les compétences d’Airbus comme de Safran ».

C’est une collaboration qui nous permet d’augmenter notre puissance de frappe

Un turbogénérateur hybride

Ainsi est né de cette union EcoPulse, qui, comme le rappelle Christophe Robin, n’est pas un produit mais bien un démonstrateur technologique. Basé sur une plateforme d’avion Daher TBM, il est équipé de six propulseurs électriques intégrés. Son système de propulsion intègre deux sources d’énergie : un turbogénérateur (un générateur électrique entraîné par une turbine à gaz) et un pack batterie à haute densité énergétique. Au cœur de cette architecture se trouvent une unité de distribution et de redressement d’énergie ainsi que des harnais d’alimentation haute tension. La batterie est évaluée à 800 volts CC et peut fourni jusqu’à 350 kilowatts de puissance. Un concentré d’innovation en somme, qui permettra à Daher de récolter des données lors de la campagne de vol durant les six prochains mois, avant de les analyser. « EcoPulse, c’est un laboratoire volant », résume Christophe Robin.

Décarboner, une nécessité

À écouter ce dernier, cette innovation devrait apporter des avancées et participer à la décarbonation de l’aéronautique. C’est en tout cas ce que souhaitent les dirigeants des trois entreprises impliquées, à l’instar d’Éric Dalbiès, directeur de la stratégie, R&T et Innovation chez Safran, qui estime que « ce système de propulsion disruptif ouvre la voie à une aviation plus durable ». Une conviction réaffirmée par Sabine Klauke, CTO d’Airbus : « Des projets comme EcoPulse sont essentiels pour accélérer les progrès dans le domaine des vols électriques et hybrides ». Aller plus vite sur le sujet semble en effet une nécessité à en croire les participants aux Green Aero Days, ainsi que le ministre Clément Beaune ayant conclu son discours d’inauguration de l’événement avec ces mots : « Il n’y aura pas d’avenir de l’aviation sans décarbonation ».

MAELE : dynamiser l’aviation légère

Organisés dans le cadre de l’initiative MAELE (Mobilité Aérienne Légère et Environnementalement responsable), les Green Aero Days ont été l’occasion de présenter cette dernière. Porté par Aerospace Valley, premier pôle de compétitivité européen de la filière aérospatiale sur les régions Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine, et soutenu par les deux conseils régionaux, MAELE a été lancée en 2020 et rassemble aujourd’hui 227 adhérents. Pour Bruno Darboux, président d’Aerospace Valley, cette initiative entend « dynamiser l’innovation sur l’aviation légère et accélérer des initiatives pour les transformer en réussite industrielle et commerciale ». Et d’ajouter : « Jusqu’à présent, nous avons beaucoup parlé de technologies. Désormais, nous allons la montrer et nous intéresser aux marchés que celle-ci va bien vouloir servir ».