Couverture du journal du 16/06/2021 Consulter le journal

France Relance : Des projets à l’appel

France Relance, programme offensif de 100 milliards d’euros, vient compléter le plan de soutien national à l’économie pour traverser la période de crise sanitaire. Près de 90 millions d’euros de subventions ont déjà été accordés en Dordogne à des entreprises, des collectivités et des ménages dans le cadre de ce plan.

France Relance

Autour de préfet, quelques chefs d’entreprises périgourdins lauréats de France Relance dans le cadre de l’investissement industriel. c SBT

Le volet compétitivité de cette refondation, qui mobilise à lui-seul 44 millions d’euros, entend stimuler le développement, soutenir l’industrie et encourager les exportations. Le passage par les appels à projets dédiés a déjà permis d’accorder 2,4 millions d’euros de subventions à Delmon Group (Terrasson) et Fedd (Sainte-Alvère) via le plan de soutien aux secteurs de l’aéronautique et de l’automobile ; 2,4 millions d’euros à Suturex (Sarlat), Bouchillou Alkya (Bergerac) et Inovelec (Boulazac) dans le cadre du soutien à l’investissement des secteurs stratégiques. Huit entreprises sont lauréates dans le cadre de l’investissement industriel dans les territoires, pour un montant total de subventions de 3,1 millions d’euros : Lafaure (Mazeyrolles), Manuco (Bergerac), Rubi Cuir (Boulazac), Chêne Vert (Nontron), Fargeot (Thiviers), Guyenne Papier (Nanthiat), Bovetti (Terrasson) et KSB (La Roche-Chalais). Cette catégorie d’investissement industriel, dotée de 700 millions d’euros à l’échelle nationale, vise des créations et extensions de sites, modernisation ou nouveaux équipements de nature à structurer les régions avec des outils à démarrage rapide, à moins d’un an. Un impact est attendu en termes de maintien et création d’emplois, décarbonation, formation, approfondissement des collaborations avec les acteurs territoriaux, etc. Les projets sont sélectionnés par le Conseil régional et la préfecture de Région, après avis du préfet de département. « De la PME au groupe multinational, cette partie du plan vise à soutenir un projet d’investissement, étudié au cas par cas, avec une aide adaptée à des objectifs précis, ce qui demande un processus d’évaluation, souligne le préfet. Compte tenu du nombre de sollicitations sur cette enveloppe, un deuxième appel à projets va ouvrir, la Région venant cette fois abonder cette somme. » Parallèlement, la baisse des impôts de production a permis d’accroître la compétitivité de 4 000 entreprises bénéficiaires en réinjectant 31 millions d’euros dans l’économie locale. Par ailleurs, 14 sociétés périgourdines ont eu accès aux chèques export (2 500 euros) créés pour encourager la prospection à l’international en facilitant la préparation et la mise en contact avec des opérateurs étrangers.

La baisse des impôts de production a permis d’accroître la compétitivité de 4 000 entreprises

L’économie forcément liée au social et à l’écologie

Le volet cohésion de France Relance veut donner des perspectives aux jeunes et soutient les projets des collectivités locales, ce qui représente ici 16 millions d’euros injectés dans le tissu économique et social. Le plan « 1 jeune 1 solution » mobilise un ensemble de leviers (aides à l’embauche, formations, accompagnements) dont 4 142 jeunes périgourdins ont bénéficié : 2 119 contrats d’apprentissage, 1048 primes à l’embauche. Les collectivités territoriales peuvent compter sur 10,7 millions d’euros de dotation de soutien à l’investissement local (DSIL), soit un doublement de l’enveloppe de 2020.

30 millions d’euros vont permettre de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, de préparer les mobilités de demain et promouvoir une gestion des ressources plus respectueuse de l’environnement. La rénovation énergétique des bâtiments publics et des logements privés pointe 11,2 millions d’euros sur 21 bâtiments de l’État, dont le restaurant universitaire du Crous L’Entracte et les locaux de la gendarmerie mobile Ardant du Picq, à Périgueux. Neuf projets de collectivités recevront 3 millions d’euros. Et 1 000 ménages périgourdins pourront réaliser des travaux avec le dispositif Ma Prime Rénov’ pour une enveloppe de 4 millions d’euros.

Depuis juillet 2020, 400 000 euros d’aides de l’État ont accompagné l’électrification du parc automobile pour promouvoir une mobilité moins carbonée à travers 2 000 bonus écologiques et primes à la conversion versés.

30 millions d’euros vont permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre

Enfin, une gestion des ressources plus respectueuse passe par le développement de pratiques agricoles durables, avec 2 millions d’euros de demandes de subvention pour l’acquisition d’agroéquipements ; 900 000 euros pour des chaînes de production plus locales (plan protéines végétales) ; et 9 millions d’euros de plus versés à l’agence de l’eau en 2020, soit 23 millions d’euros pour une gestion plus soucieuse de l’environnement.

Au-delà des aides, chômage partiel (188 millions d’euros), fonds de solidarité (139 M€) et PGE (486 M€), « toutes mesures défensives qui empêchent les entreprises de péricliter, ce plan de relance leur permet d’être offensives et de lancer des stratégies pour trouver de nouveaux marchés, aller vers la croissance et la compétitivité », insiste le directeur des finances publiques. Il témoigne de ce qui peut en partie résulter de ces accompagnements puisqu’il révèle une croissance de + 8 % par rapport au mois de mars 2020, il est vrai marqué par le début de la crise sanitaire. Un taux exceptionnel, le meilleur enregistré depuis cinq ans. Les taux d’activité globale, d’investissement et d’exportation corroborent cette tendance.


* Au fil de nos prochaines éditions, nous présenterons les projets et témoignages de cinq entreprises bénéficiaires.