Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Gestion RH – Octime en leader

À Biron, aux portes d’Orthez, le groupe Octime s’est imposé comme une référence dans l’édition de logiciels de gestion RH. Croissance significative, recrutements continus, forte rentabilité... : tout semble réussir à cette entreprise aussi ancrée dans le territoire que Guillaume Berbinau, son dirigeant, également président de l’Elan Béarnais depuis quelques semaines.

Guillaume Berbinau, Président du groupe Octime

Guillaume Berbinau, Président du groupe Octime © Louis Piquemil - La Vie Economique

« Une entreprise avec du caractère » : à plusieurs reprises, cet après-midi-là entre les murs bleu ciel de son bureau avec vue sur la campagne béarnaise, Guillaume Berbinau utilise ce terme pour évoquer le groupe Octime dont il est président. Un choix sémantique fort, dont on devine qu’il n’est pas anodin : depuis son rachat par l’entrepreneur il y a 15 ans, la progression exceptionnelle de cette entreprise sur le secteur de la planification et de la gestion des temps de travail et activités (GTA) illustre la détermination de son dirigeant. Le groupe Octime enregistre ainsi une croissance à deux chiffres depuis dix ans, une rentabilité à 30 % et affiche un chiffre d’affaires de près de 32 millions d’euros en 2022. Aspirant à devenir leader sur son marché d’ici deux ans, la société béarnaise est ambitieuse, à l’image de son président.

De Bouygues à Octime

Guillaume Berbinau est nourri avant toute chose par l’envie d’entreprendre et ce, dit-il, « depuis toujours » : « Je fais partie d’une famille d’entrepreneurs, qui parlait beaucoup de ses projets. Cela m’a bercé toute mon enfance et donné l’envie de manager ». Après des études d’ingénieur et 10 années formatrices comme chef de projet au sein du groupe Bouygues, il ressent à 33 ans l’envie de concrétiser son rêve de devenir chef d’entreprise. Entre une conserverie de sauce tomate et un éditeur de logiciel de gestion de ressources humaines basé entre Sauveterre et Salies, il opte pour la seconde option. Avec comme « cerise sur le gâteau » cette implantation dans le Sud-Ouest : ce Parisien dont les racines sont landaises signe, aussi, pour un retour aux sources. En mars 2008, il acquiert l’entreprise Octime, créée en 1999, qui affiche alors 4,2 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie 40 salariés.

Leader dans le secteur médical

« J’ai été séduit par cette particularité d’Octime, sur un marché de niche, de développer un progiciel utilisé par toutes les entreprises. Le côté industrialisation était très étonnant et intéressant parce que cela permettait de créer un chiffre d’affaires récurrent et donc de construire sans repartir à zéro chaque année », resitue le dirigeant. Guillaume Berbinau évoque également le côté pionnier de la société, par ailleurs toujours au cœur de son projet pour Octime qui cherche sans cesse à innover. Aujourd’hui, l’entreprise béarnaise propose un logiciel en SaaS (comprendre « en ligne ») qui accompagne les entreprises dans leur gestion des ressources humaines : planification des horaires de travail, suivi des temps de travail, gestion des congés et des absences… Tout est pris en compte dans le respect des lois Aubry et, c’est l’une des valeurs ajoutées d’Octime, au cas par cas selon les entreprises utilisatrices. Une spécificité qui répond à un besoin particulièrement prégnant des établissements de santé : aujourd’hui, Octime est n° 1 de la gestion des temps et activités sur le secteur de la santé et du médico-social en France.

Octime

© D. R.

Ambition et humilité

Si le groupe béarnais, qui réunit la société mère ainsi que des filiales à l’étranger, a multiplié son chiffre d’affaires par sept sous l’égide de Guillaume Berbinau, ce dernier voit plus grand encore. Misant sur la « vision d’avance » de son entreprise, le président vise une croissance de 60 % d’ici 2025 et un chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros, avec notamment une présence accrue à l’international. Un objectif de conquête teinté « d’ambition et d’humilité » clairement affiché, que le chef d’entreprise sait possible grâce à une « expertise » et une « qualité de service » reconnues par des clients « toujours plus nombreux ». « Nous savons les guider, les conseiller, leur dire non lorsque nous pensons qu’ils font fausse route sur leurs besoins. Et là, encore une fois, nous exprimons notre caractère lando-basco-béarnais », appuie le quadragénaire.

Le groupe Octime vise une croissance de 60 % d’ici 2025 et un chiffre d’affaires de plus de 50 M€

Une extension des locaux en 2024

« Nous sommes une entreprise qui détonne et nous en sommes très fiers, mes équipes et moi-même. Parce que le groupe Octime, ce n’est pas mon entreprise, c’est notre entreprise. » Pour Guillaume Berbinau, la réussite du groupe tient en effet tout autant à son savoir-faire qu’aux salariés qui le mettent en œuvre. « Notre ADN, c’est le collectif », assène-t-il ainsi. « Mon rôle est de mettre tous les talents de l’entreprise dans les meilleures conditions pour qu’ils puissent s’exprimer. Ils ont tous leur mot à dire, je suis à l’écoute de chaque idée. » Et de continuer : « Nous avons mené notre bout de chemin avec des coéquipiers incroyables. Aujourd’hui, grandir est un challenge, mais nous sommes tous prêts à le relever ». Si, pour accompagner ce développement, des locaux neufs de 1 350 m2 ont été construits en 2016 et agrandit en 2021, 360 m2 supplémentaires vont être bâtis cette année sur le terrain adjacent. À Biron donc, toujours. Un choix défendu par le dirigeant qui n’a aucunement l’envie de délocaliser ses quelques 300 salariés : « le groupe Octime a toujours été ancré sur cette terre et le restera », résume-t-il.

Le groupe Octime a toujours été ancré sur cette terre béarnaise et le restera.

Aller plus loin sur la RSE

Pour Guillaume Berbinau, être installé au cœur de la campagne béarnaise n’est pas un frein ni à la croissance ni au recrutement, bien au contraire. Une cinquantaine de personnes ont ainsi intégré le groupe Octime en 2023. « Nous n’avons pas de difficultés majeures de recrutement », relève à ce sujet le président. « Pourquoi ? Parce que nous avons créé une entreprise dynamique, avec des conditions de travail assez exceptionnelles, et nous bénéficions d’une réputation inégalée dans notre secteur d’activités. Nous avons beaucoup d’atouts. » Guillaume Berbinau n’entend pas pour autant s’endormir sur ces bonnes bases, notamment en « allant encore plus loin sur la politique RSE » : « Nous voulons une RSE qui ne soit pas marketée. Nous la vivons depuis toujours et nous allons surtout la structurer de plus en plus ».

Octime

© D. R.

Une salle de sport, un hôtel et un restaurant

Privilégier le bien-être de ses employés est une évidence pour ce manager dans l’âme, qui dans cette perspective a fait construire notamment une salle de sport à leur intention mais a également investi, à titre personnel, dans un hôtel et un restaurant sortis de terre il y a deux ans à quelques mètres de son entreprise. Des infrastructures dont les salariés peuvent bénéficier, d’une part, mais qui participent aussi à la vitalité du bassin d’activité orthézien. « Je veux rendre à ce territoire ce qu’il m’a donné », exprime l’entrepreneur, définitivement attaché au Béarn. Un enracinement fort qui se traduit également depuis peu par un nouveau défi pour l’entrepreneur : le 13 septembre dernier, ce dernier a été nommé président de l’Élan Béarnais Pau-Lacq-Orthez.

Une boulimie d’entreprendre

Après avoir racheté les 72 % des parts du club que détenait Eat4Good depuis un an, Guillaume Berbinau a pris les rênes du club de basket de Pro B, avec deux objectifs : redresser la situation financière et sportive. « On rebâtit un joli projet sur une histoire extraordinaire. Je le ferai sur la durée, comme je l’ai fait chez Octime : sereinement, en bon père de famille qui sait prendre quelques risques. » Et de rajouter : « Je le fais parce que j’aime le sport, mais aussi pour le territoire et pour me challenger ». En acceptant cette nouvelle exposition, Guillaume Berbinau se pose davantage encore comme une figure incontournable du milieu économique béarnais. Et à seulement 49 ans, il ne compte pas s’arrêter là : de son propre aveu, ses projets sont encore nombreux. « Je suis boulimique d’entreprendre. C’est comme cela que je suis épanoui », sourit-il, avant de confier : « Aujourd’hui, côtoyer au quotidien les personnes qui font grandir Octime, c’est mon plus grand bonheur ».

Octime

© D. R.

Des acquisitions stratégiques

2008 Guillaume Berbinau rachète Octime.

2015 Le groupe Octime fait l’acquisition de la société Grupo Spec, leader en ingénierie de solutions gestion des temps et contrôle d’accès en Espagne, Portugal, et Amérique latine. Avec ce rachat, le groupe Octime double son chiffre d’affaires pour atteindre les 16 M€.

2021 Le groupe Octime acquiert la société Libmed, spécialisée dans la gestion des remplacements et des recrutements. Renommée Staffelio, cette plateforme de gestion des renforts et des remplacements est aujourd’hui proposée seule ou nativement intégrée au planning Octime.

2022 La société aTurnos, entreprise espagnole spécialiste de la planification sous contrainte, entre dans le giron du groupe Octime.

Le groupe Octime en chiffres

6 628 clients actifs

50 pays couverts

5,43 millions d’utilisateurs

32 M€ de chiffres d’affaires (35 M€ visés sur l’exercice 2023), dont 2/3 sur le marché français

26 480 sites équipés

300 salariés