Couverture du journal du 07/05/2024 Le nouveau magazine

Gourette fin prête pour la saison

Engagée dans un vaste plan de restructuration du domaine skiable mené depuis 2020, la station de Gourette table sur les 15 millions d’euros investis sur 2023 et 2024 pour séduire les skieurs et, aussi, s’adapter au réchauffement climatique.

gourette

©Paul Quintana - N'PY

Il faudra encore patienter pour descendre les pistes de Gourette, dans l’attente de conditions d’enneigement optimales. En attendant, la station béarnaise peaufine son entrée, prête à dévoiler les améliorations menées sur le domaine skiable dans la continuité de celles déjà engagées par le Département des Pyrénées-Atlantiques, qui gère et finance les domaines skiables de Gourette et La Pierre Saint-Martin à travers l’Établissement Public des Stations d’Altitude (EPSA). Un investissement total de 30 millions d’euros répartis sur 5 ans, entre 2020 et 2025, dont l’ambition est claire : redonner une nouvelle vitalité à Gourette, qui semble retrouver petit à petit des couleurs avec notamment une bonne dernière saison malgré le manque de neige.

100 jours de skiabilité par an

15 millions d’euros ont ainsi été injectés pour partie en 2023 et pour l’autre en 2024, destinés à la construction d’un télésiège l’an dernier mais également d’une télécabine l’an prochain : un projet qui permettra de remonter le front de neige à 1 600 mètres d’altitude, 200 mètres au-dessus de la station, et de bénéficier d’un meilleur enneigement. Pour Arnaud Libilbehety, directeur général de l’EPSA, cette opération permettra d’assurer 100 jours par an de skiabilité aux clients de Gourette mais également « d’acheminer des personnes en hiver comme en été » et répondre ainsi à de nouvelles attentes. C’est d’ailleurs également dans cette optique que les activités natures sont mises en avant à l’image des sentiers de découverte, des animations nature ou encore des activités VTT et trottinettes…

gourette Arnaud Libilbehety, directeur général de l'EPSA.

Arnaud Libilbehety, directeur général de l’EPSA. © NP’Y

Un management environnemental

Préserver le cadre naturel de la station est l’un des fers de lance de l’EPSA : située au cœur de l’un des grands cirques glaciaires des Pyrénées, elle offre un site d’exception classé depuis 1936 pour son paysage. Aujourd’hui, pour notamment dans cette visée, les clients sont invités à laisser leur voiture sur un parking gratuit de 1 200 places : l’accès au cœur de Gourette se fait en 3 minutes grâce à la télécabine du Ley, également gratuite. « Nous sommes résolument tournés vers les questions liées à la responsabilité sociétale et environnementale », appuie Arnaud Libilbehety. « Nous sommes conscients de la nécessité de l’ensemble des stations de travailler dans ce domaine. C’est une évidence pour nous ». Et de préciser que l’EPSA est certifié en ISO 14001 pour son management environnemental depuis 2008.

« Nous sommes résolument tournés vers les questions liées à la responsabilité sociétale et environnementale »

La Pierre Saint-Martin en transition

Si Gourette monopolise quelque peu l’attention avec l’enveloppe conséquente dédiée à sa modernisation, du côté de La Pierre Saint-Martin des réflexions se pour[1]suivent dans une logique d’adaptation et de diversification. En 2022, près de 500 000 euros ont ainsi été investis sur le domaine. Cette saison, pas d’aménagements notables mais des conditions d’accueil revues, notamment sur l’aire de camping-car. Des « actions à impact positif » sont également menées, dont celle citée par Arnaud Libilbehety qui consiste à récupérer la neige issue du déneigement de la voirie pour sa redistribution sur les pistes. Avec, toujours en ligne de mire, la protection de l’environnement exceptionnel offert par les Pyrénées béarnaises.

Gourette en chiffres

4,75 M€ de chiffre d’affaires en 2022-2023 (5,86M€ en 2021-2022)

210 500 journées skieurs en 2022-2023 (275 000 en 2021-2022)

28 pistes

12 remontées mécaniques

110 enneigeurs

Plan montagne : 100 M€ investis

La modernisation du domaine skiable de Gourette s’inscrit dans le Plan Montagne, lancé en 2015 sous l’impulsion du Département des Pyrénées-Atlantiques et avec le concours de la Région Nouvelle-Aquitaine et la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques accompagnée du Commissariat à l’aménagement du Massif des Pyrénées. De 2017 à 2022, lors du premier Plan montagne, 100 millions d’euros ont ainsi été investis dans divers projets de réaménagements, de réhabilitations, de constructions… sur le territoire. Ce 25 octobre a eu lieu la signature de la convention « Ambition Plan montagne 64 » qui encadre le Plan Montagne 2. Ce dernier, qui court jusqu’en 2027, poursuit ses objectifs tout en s’orientant davantage encore vers les transitions.