Couverture du journal du 28/02/2024 Le magazine de la semaine

L’université de Pau et des Pays de l’Adour, acteur de l’économie

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour vient de renouveler deux de ses partenariats majeurs, avec Hélioparc et Teréga. Des coopérations qui témoignent de la position aux avant-postes de l’université dans le développement scientifique et économique du territoire.

Université

Dominique Mockly, PDG de Teréga, et Laurent Bordes, président de l'UPPA. © E. L-T - La Vie Economique du Sud-Ouest

En l’espace de quelques jours, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) a démontré par deux fois son ambition de peser toujours davantage dans le tissu économique local. Ce vendredi 20 octobre, d’abord, avec la signature sur le campus palois d’une convention de partenariat entre l’université et la technopole paloise Hélioparc, dont l’UPPA est par ailleurs membre fondateur et représentée au conseil d’administration. En renforçant leur partenariat historique, les deux structures souhaitent ainsi favoriser leurs échanges. Dans le cadre de cette convention, un comité de pilotage et un comité de suivi communs assureront la mise en place d’actions s’inscrivant dans une réflexion globale et en lien avec la récente labellisation France 2030 de l’UPPA comme pôle universitaire d’innovation (PUI).

« Un haut lieu de l’innovation »

Trois axes de promotion y seront priorisés, autour de l’innovation et des interactions université/entreprises technopolitaines sur des thématiques R&D, de l’entrepreneuriat auprès des étudiants et des chercheurs, et des compétences notamment scientifiques via des actions d’animation partagées. Pour Laurent Bordes, président de l’université, qui précise que des structures de recherche, comme l’IPREM ou encore l’UT2A, sans oublier l’incubateur étudiant l’EntrePau, sont installées sur la technopole, il s’agit de faire « du territoire un des plus hauts lieux de l’innovation ». Aux yeux de Mohamed Amara, président d’Hélioparc, l’UPPA « est orientée durablement vers le développement de technologies innovantes » et la technopole s’engage à être à ses côtés « afin que ces technologies puissent le plus souvent possible se convertir en activité et devenir un levier au développement économique de notre territoire. »

Christophe Derail, vice-président partenariat et innovation à l’UPPA ; Olivier Farreng, directeur d’Hélioparc ; Mohamed Amara, président d’Hélioparc ; Laurent Bordes, président de l’UPPA ; Monique Luby-Gaucher, vice-présidente du conseil d’administration de l’UPPA. © UPPA

20 ans de partenariat avec Teréga

« Travailler avec les acteurs du territoire » : cet « atout essentiel » de l’UPPA défendu par Laurent Bordes a également motivé le renouvellement d’une autre convention de partenariat. Ce mardi 24 octobre, le président de l’UPPA était cette fois-ci dans les locaux du siège de Teréga, au nord de Pau, pour formaliser la coopération entre l’université et l’opérateur gazier. Les actions menées conjointement par les deux structures depuis 20 ans, dynamisées par le label I-SITE obtenu par l’UPPA pour son projet Energy and Environment Solutions (E2S), sont par ce biais amenées à perdurer. « Ce partenariat offre à nos étudiants et chercheurs un terrain de pratique grandeur nature » s’enthousiasme Laurent Bordes. Concrètement, plusieurs initiatives ont été menées, parmi lesquelles la création d’un laboratoire commun dédié à l’étude du stockage géologique des gaz décarbonés ou encore le développement du projet IMPULSE 2025 autour d’une approche nouvelle des systèmes énergétiques…

Ce partenariat avec Teréga offre à nos étudiants et chercheurs un terrain de pratique grandeur nature.

Collaborer pour la décarbonation

« Le partenariat qui nous unit à l’UPPA est très porteur et s’inscrit parfaitement dans notre volonté de faire rayonner le territoire et de bénéficier de l’expertise reconnue de ce pôle universitaire », résume de son côté Dominique Mockly, PDG de Teréga, qui souligne par ailleurs l’axe toujours « plus vert » de cette collaboration. Outre les avantages que cela procure à Teréga en matière de R&D, celle-ci lui permet en effet de bénéficier également d’un vivier de talents pour aider « à façonner un avenir durable pour les Pays de l’Adour. » Et le dirigeant de conclure : « Nous sommes ravis de renouveler notre partenariat, gage de notre volonté commune d’aller de l’avant dans cette optique de décarbonation des usages. »

L’UPPA à la pointe de l’innovation

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour fait partie des 17 universités françaises ayant reçu le label d’excellence I-SITE (Initiative Science – Innovation – Territoires – Économie). Pour l’UPPA, « l’I-SITE E2S, Solutions pour l’Énergie et l’Environnement, porté par le consortium UPPA, INRAe, Inria et CNRS, est un marqueur fort de l’excellence de sa recherche et de l’intensité de ses collaborations avec le monde économique. » Forte de 19 unités de recherche, 34 chaires d’expertise et 9 laboratoires communs, l’UPPA est chef de file du Pôle Universitaire d’Innovation France 2030 « Sud-Aquitaine Innovation » lancé en 2023. Il prévoit notamment de rassembler 1 500 chercheurs à l’horizon 2027, dont 40% issus de la R&D d’entreprises privées.