Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Pays basque – L’opportunité des hard seltzers

Moins de 10 ans après leur lancement, les hard seltzers représentent presque 3 % des ventes de boissons alcoolisées aux États-Unis. Ces eaux pétillantes, aromatisées, et légèrement alcoolisées, gagnent maintenant des parts de marché en France avec notamment Two Palms et Topless Drink, deux marques créées à Bidart.

Two Palms et Topless Drink hard seltzers

Two Palms et Topless Drink, deux marques créées à Bidart © D. R

« Par leurs voyages fréquents aux États-Unis et en Australie, Derek O’Neill et Steve Veytia se sont rendus compte de l’évolution rapide de ce marché », rapporte Yann Fessier, manager de la marque Two Palms. Lancée début 2021, Two Palms commercialise une eau pétillante alcoolisée (4,5°) aux trois saveurs de pêche, citron-citron vert et mandarine-grenade. Créée par l’Australien Derek O’Neill et l’Américain Steve Veytia, entrepreneurs aguerris du marché du surf, Two Palms vise le marché français puis le marché européen. Avec Yann Fessier, également expert du développement de marques et deux autres salariés, l’entreprise dispose d’une équipe expérimentée renforcée par ses actionnaires de renoms que sont le rugbyman Teddy Thomas ou le surfeur professionnel Jérémy Florès. Two Palms est commercialisée dans une centaine de supermarchés principalement dans le Sud-ouest.

UN MARCHÉ ESTIMÉ À 132 MILLIONS D’EUROS

Disposant de beaucoup moins de moyens que Two Palms, Antoine Monségur est un jeune entrepreneur également installé à Bidart. Lui aussi a repéré le potentiel du marché des hard seltzers. La société d’études Euromonitor l’a estimé à 132 millions d’euros en 2022 pour la grande distribution en France. Après avoir créé la marque Topless Drink déclinée en passion-hibiscus, menthe-grenade et agrumes-gingembre, Antoine Monségur en a lancé la commercialisation en avril.

« J’ai tapé à la porte des bars et restaurants susceptibles de m’amener de la visibilité. Le but était de tester notre produit et les retours des consommateurs sont positifs : ils le trouvent nouveau et léger », raconte-t-il. Sur 10 000 bouteilles produites, 9 000 ont été vendues durant l’été dans une vingtaine de bars branchés des côtes basque et landaise. L’objectif d’Antoine Monségur est maintenant de trouver des partenaires financiers via une levée de fonds de 200 000 à 300 000 euros.

Le rugbyman Teddy Thomas et le surfeur professionnel Jérémy Florès sont actionnaires de Two Palms

Two Palms en GMS -hard seltzers

©V.Biard

CHR OU GMS POUR LA DISTRIBUTION

Léger en calories, sans colorant ni conservateur ni gluten, utilisant des arômes naturels, le hard seltzer concurrence directement la bière dont il offre le même degré d’alcool de 4 à 6°. « Le moment et le type de consommation sont assez équivalents au marché de la bière », confirme Yann Fessier. Two Palms comme Topless Drink vise un marché des 20 – 40 ans plutôt féminin séduit par la légèreté apparente de cette boisson. Si Antoine Monségur a opté pour une bouteille en verre adaptée selon lui aux exigences du marché des cafés-hôtels- restaurants, Yann Fessier défend la canette pour lui mieux adaptée au marché de la grande et moyenne surface : « le produit est encore peu connu en France et donc peu demandé dans les cafés bars restaurants », analyse-t-il. Quant à la concurrence des grands groupes de vins et spiritueux, de bières ou de sodas, Yann Fessier la juge bénéfique : « les petites marques indépendantes ne peuvent pas créer la demande toutes seules même si localement nous menons des actions de promotion. » À l’exemple du marché de la bière dynamisé par les brasseries artisanales, le marché du hard seltzer pourrait donc aussi offrir des opportunités aux labels comme Two Palms ou Topless Drink.

Topless Drink est distribué dans des bars branchés des côtes basque et landaise

GRANDS GROUPES ET LABELS ARTISANAUX

Combinant le mot anglais « hard » pour alcoolisée (en opposition à soft) et « seltzer » comme eau de Seltz, un hard seltzer est une eau gazeuse alcoolisée. Selon le cabinet d’études britannique International Wine and Spirit Research qui analyse le marché mondial des boissons alcoolisées, plus de 2,5 milliards de litres de hard seltzer seront produits en 2023 contre 742 millions en 2019. Lancée aux États-Unis en 2013, cette boisson est apparue sur le marché français en 2020 avec des ventes réellement significatives début 2021.

En référençant la marque américaine Snowmelt fin 2020, Carrefour a lancé le mouvement. En avril 2021, le groupe Coca Cola lançait en Europe son hard seltzer baptisé Top Chico. Un mois plus tard, le groupe Pernod Ricard lançait Bewiz, son hard seltzer destiné au marché français. Celui-ci pourrait représenter 1 % du marché de l’alcool en France en 2025 avec un chiffre d’affaires potentiel de 220 millions d’euros selon l’importateur français de Snowmelt. Une petite dizaine de marques artisanales récemment créées en France comptent bien profiter de ce marché en espérant qu’il ne soit pas qu’une mode éphémère.