Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Rotary-Tarbes : Aide aux porteurs de projets

L’antenne du Rotary de Tarbes multiplie les actions pour favoriser le développement économique local. À travers le https://www.rotary.org/frlance un concours qui vise les porteurs de projets et les jeunes entreprises. Rencontre avec Pascal Robert, un président attaché aux actions concrètes.

rotary

Pascal Robert, président du Rotary Club de Tarbes ©DR

La Vie Economique : Servir d’abord est la devise du Rotary et depuis quelques mois, cette mission s’exprime avec plus de force dans l’économie locale. Pouvez-vous nous présenter cette évolution ?

Pascal Robert : « Le Rotary a 7 axes stratégiques sur lesquels nous nous engageons à œuvrer et à servir la société : la santé, la mère et l’enfant, l’éducation, l’eau potable, la promotion de la paix, le développement durable, le dernier arrivé, et enfin le développement de l’économie locale. Lorsque j’ai pris la présidence du club de Tarbes en 2021, j’ai mis en place une stratégie et mené un audit. Ce qui est apparu c’est qu’il fallait qu’on mène une action locale et économique pour aider les gens qui avaient des entreprises. C’est l’objet du Rotary Initiative Entrepreneuriale, communément appelé le RIE. »

LVE : Concrètement, de quelle manière intervenez vous ?

P.R. : « On a défini trois axes. D’abord détecter des porteurs de projets ou des jeunes entreprises qui auraient besoin d’aide. C’est une vraie mission parce qu’il y a beaucoup de gens qui sont isolés et ne savent pas à qui ils peuvent faire appel. Deuxième axe, les orienter vers les structures qui existent sur le territoire, on ne veut pas se suppléer à ce qui existe comme les trois chambres consulaires, les différentes associations missionnées par l’Etat, le Département ou la Région, Initiatives Pyrénées, le réseau Entre- prendre, Crescendo, Canopée… Nous on les a pratiquement tous rencontrés, certains viennent d’ail- leurs et sont parties prenantes de nos discussions. Troisième axe, les aider directement et faire de l’aide opérationnelle sur le terrain. Ça peut être des conseils, de la mise en réseau etc. »

LVE : Le Rotary est déjà intervenu auprès des entreprises locales ?

P.R. : « Oui, ça fonctionne très bien. Nous avons aidé une jeune entreprise familiale, par exemple, qui existait depuis 7 mois. Ils marchaient bien, avaient un bon chiffre d’affaires mais pas de trésorerie, en clair ils allaient se plan- ter. On a fait un audit, on a fait leurs comptes, leurs prévisionnel et une liste de recommandations qu’ils ont suivies. Une autre action concernait une personne qui fabriquait du savon, l’activité était au point mais elle avait un vrai problème de démarche commerciale. On lui a proposé un coaching là-dessus. On a également aidé un plaquiste qui avait un souci de structuration de sa société et ne savait pas gérer son entreprise. Un notaire a été faire un audit chez lui pour changer les choses. Il avait 45 000 € dehors, une situation économique intenable… Grâce à notre intervention, il s’est recentré sur ce qu’il savait faire. Parfois on tempère certains projets, dernièrement un jeune voulait monter une exploitation agricole sans aucune formation ni diplômes. C’est dur mais il y a une réalité. On propose un accompagnement des entreprises mais aussi la possibilité de se créer du réseau, du Rotary ou de la société civile. C’est vraiment du concret. »

 

Nous allons organiser un tournoi au Golf de l’Hippodrome de Laloubère avec des sponsors qui vont financer la campagne du concours

LVE : C’est ainsi que via le RIE, le Rotary prépare une action inédite.

P.R. : « C’est vrai, nous sommes en train d’inventer un quatrième axe de la mission ! Nous faisons un appel à concours pour les entreprises de moins de trois ans de Tarbes et du Grand Tarbes. Le lauréat bénéficiera d’une campagne de publicité pour lui amener ses premiers clients. La dotation n’est pas encore définie mais elle sera comprise entre 3 000 et 4 000 €. On a des experts de la communication dans le groupe donc on va la piloter, on s’appuiera dessus comme donneurs d’ordre mais on ne veut pas mélanger les rôles. On fera appel à une société extérieure ou des prestataires qui feront le job. »

LVE : Vous savez déjà sous quelle forme elle sera effectuée et si d’autres clubs vont suivre votre exemple ?

P.R. : « Campagne marketing digitale, support sur les médias, encarts de pub… on définira ensemble la stratégie. Nous sommes en train de fixer le planning définitif et le financement sera généré par un événement sportif. Nous allons organiser un tournoi de golf au Golf de l’Hippodrome de Laloubère et dans ce cadre, on va faire appel à des sponsors qui financeront la campagne du concours. On a déjà rencontré entre 15 et 20 porteurs de projets qui remplissent le dossier et ce n’est pas fini. Je pense que c’est une initiative qui va faire des petits, un club de Dax est déjà intéressé dans la conception d’un projet similaire et celui d’Argelès-Cauterets-Vallées des Gaves, qui est un club filleul, va lui aussi le mettre en place. »

LVE : Il y a une belle dynamique à Tarbes, on sent que vous êtes en pleine évolution.

P.R. : « C’est le plus vieux club du département. Il a été fondé en 1936 et nous avions beaucoup de membres historiques. On a souffert de la disparition de certains, trois sont décédés l’an dernier. C’est vrai que cela nous amène à évoluer mais nous avons un club superbe où toutes les décisions sont collégiales. Les anciens nous font totalement confiance, ils nous donnent la profondeur et la richesse d’un club de 90 ans. »