Couverture du journal du 02/12/2020 Consulter le journal

Trophées du développement durable : 1re édition pleine de promesses

La Dordogne a ses Trophées du Développement Durable : la première édition a permis de valoriser les actions menées dans le département et de mettre en lumière la diversité des initiatives publiques et privées, qui ont forcément un impact sur l’économie locale.

Les initiatives qui ont un impact sur l’économie locale

La Dordogne a ses Trophées du Développement Durable © Photo de Pixabay provenant de Pexels

L’appel à candidatures s’appuyait sur la prise en compte de trois dimensions du développement durable (l’environnement, l’économie, le social, les projets devant mobiliser au moins deux d’entre elles), avec la volonté de favoriser l’émergence et l’expérimentation de projets locaux, si possible innovants, et d’encourager la conduite du changement. Cette première édition, ouverte aux collectivités, aux associations et aux entreprises, a permis de valoriser des projets pilotes et des pratiques exemplaires, de partager les expériences menées par des acteurs périgourdins en faveur du développement durable, en favorisant une gouvernance partagée.

37 dossiers ont été déposés : 9 par des entreprises, 8 par des collectivités et 20 par des associations, départagés par un jury, auquel s’ajoute un prix du public décerné par le vote en ligne des Périgourdins.

DES LAURÉATS SUR TOUS LES TERRAINS

Pour la catégorie Entreprise, un Coup de cœur revient à Invenio, à Douville, qui œuvre pour une meilleure pollinisation du châtaignier avec l’identification de coléoptères nécessaires à la production de fruits.

Dans la catégorie associations, deux lauréats ex aequo : Le Tri Cycle Enchanté, pour la création d’une plateforme de récupération et de valorisation de matériaux de construction en entreprise d’insertion, à Brantôme ; et Happy Cultors, pour des potagers pédagogiques productifs, créateurs de lien social et favorisant la biodiversité, en Pays-de-Belvès. Un Coup de cœur revient à l’association Le Rhizome sur Belle, à Mareuil, pour la préfiguration d’un habitat écologique, participatif et intergénérationnel.

Dans la catégorie collectivités, deux lauréat ex aequo là aussi. La commune de Faux pour « Faux, agir ensemble pour l’avenir » : avec la création du parc photovoltaïque de 16 ha de panneaux solaires sur un terrain communal (soit l’équivalent de la consommation de 10 000 habitants), démarche qu’elle a initié, la commune poursuit sa transition énergétique. Elle a soumis une action « développement d’une synergie entre le parc photovoltaïque et un chemin de randonnée » dans le cadre d’un appel à projet du Ministère de l’écologie. Pour sa part, la commune de Champcevinel a été retenue pour « l’achat et la production d’aliments bio pour le restaurant scolaire » Un Coup de cœur revient à la communauté de communes du Périgord-Ribéracois pour la construction d’un bâtiment à énergie positive Bepos : ce foyer d’hébergement de 64 couchages, réalisé fin 2019, répond aux besoins exprimés par la Maison Familiale Rurale, et à des hébergements de groupe hors périodes scolaires. Deux chambres sont disponibles pour des jeunes en insertion professionnelle.

ALLER PLUS LOIN

Dans le prolongement de cet événement, le Département mène deux actions sur la durée avec la création d’une plateforme numérique dédiée aux initiatives portées par des acteurs locaux en matière de développement durable, un centre de ressources pour valoriser les actions via des cartographies et fiches descriptives et pour publier les actualités réglementaires, relayer les appels à projets, mettre en ligne des témoignages et des méthodologies.

De plus, un réseau d’acteurs publics (services des collectivités et EPCI) va se constituer autour de l’excellence environnementale et du développement durable, avec des rencontres thématiques pour favoriser les échanges de savoirs et de projets.

ZOOM SUR LE LAURÉAT DE LA CATÉGORIE ENTREPRISES

Paprec Agro a retenu l’attention du jury pour son Ecoferme, lieu créateur d’une réflexion agronomique et technique à destination des acteurs locaux de l’agriculture, mais aussi capable d’expliquer les enjeux du monde agricole aux consommateurs. Cette société du groupe Paprec, créée en 1998 en Dordogne, travaille à valoriser les déchets des activités humaines pour fertiliser les sols. Dans un contexte où l’utilisation intensive d’engrais chimiques et certaines techniques culturales, dont le labour, ont entraîné au fil du temps une dégradation des qualités organiques des terres agricoles, l’entreprise entend être davantage qu’un simple acteur de la gestion du déchet et jouer un rôle dans l’évolution de la société.

Paprec Agro a acquis fin 2014 un espace agricole et une friche industrielle d’une surface totale de 14 ha à Saint-Paul-la-Roche, dans le Nord-Dordogne, avec l’ambition de créer une ferme agroécologique et de mettre en œuvre les principes de l’économie circulaire : le compostage des déchets organiques et l’utilisation en maraîchage et grandes cultures. Le site a aussi vocation à échanger, analyser et expérimenter des savoir-faire observés chez des agriculteurs pionniers. 600 visiteurs sont reçus chaque année depuis 2018, dans une démarche éducative des générations futures à la biodiversité.