Couverture du journal du 28/09/2022 Consulter le journal

DOSSIER : Forêt : renaître de ses cendres

La France est le quatrième pays le plus boisé de l’Union européenne. La surface forestière est passée de 14,1 millions d’hectares en 1985 à presque 17 millions d’hectares de forêts en métropole en 2022, soit près d’un tiers du territoire. Cette ressource permet de réaliser 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuels, dont 26 de valeur ajoutée. Les activités et les produits de la filière, qui va de la gestion forestière aux transformations successives, se retrouvent dans nos usages quotidiens : construction, ameublement, panneaux, emballage, papier- carton, énergie, chimie verte… Mais ce trésor, aussi fragile que durable, peut vite partir en fumée ou, plus lentement mais sûrement, souffrir du réchauffement climatique. Cet été brûlant a attiré l ’attention des professionnels comme du grand public sur ce patrimoine complexe, à la fois économique et paysager, matière première et écosystème.
La diversité des usages et la combinaison des perceptions aboutit parfois à brouiller la réalité, avec une propriété foncière ressentie comme un bien commun : quelques citoyens vont jusqu’à contester des modes de gestion et s’en prennent aux équipes de travail, accusées de déforestation.
À l’heure où l’on réduit l’usage du plastique et tandis que d’énormes flux de colis circulent pour livrer les commandes en ligne, le volume de carton continue d’augmenter ; et il nous vient de la forêt… De plus, le bois est une solution pour réduire le recours aux énergies fossiles.
Dans un contexte d’appel à plus de souveraineté et alors même que la demande augmente, ce secteur qui représente 392 000 postes directs et indirects (le double de l’automobile) accuse un déficit commercial d’environ 6 milliards d’euros : les ressources manquent notamment pour l’ameublement et le papier-carton. Il faut donc importer. Le bois pourrait pourtant être un modèle de circuit court, produit et consommé localement. Et la Nouvelle-Aquitaine a de solides arguments avec son massif forestier, le plus étendu de France. Comme pour l’alimentaire, l’engagement du consommateur a toute sa place… au bout de la filière.